AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Enfers & Damnation
Une nouvelle intrigue : Une maladie, un virus, bien étrange ravage la communautés des vampires.
Fièvre, Hallucinations, Vomissements, Coma, Soif de Sang, Sautes d'Humeurs, ... sont au Rendez-vous.

Nous avons une surpopulation de vampires ~ Tentez de favoriser les humains, ou bien la Damnés Ahmès & Akai Yume

Partagez | 
 

 Let's talk about buisness (Kestia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Let's talk about buisness (Kestia)   Sam 7 Nov - 11:47


Les Péchés Capitaux
...........................................L' Avarice.




    « Excusez-moi Monsieur Andrews ? … Une jeune femme, Carolina Switch, désire vous voir… Seul à seul. Je l’a fais attendre dans votre bureau ? »

    La femme n’avait pas osé déranger en personne la réunion qui avait lieu dans la salle surnommé « La Bulle de Verre ». Elle se trouvait au centre de toutes les différentes parties des bâtiments, grande et joliment aménagé, les murs étaient en verre, double vitrage. On voit, on n’entend pas. Même à oser téléphoner sur le fixe qui se trouvait dans la pièce était comme quelque chose qu’elle redoutait … Le grand patron était bien connu pour ses violentes sautes d’humeurs, et de ne pas lésiner sur le vocabulaire vulgaire pour se faire comprendre. L’hôtesse jugeait son patron beaucoup trop perfectionniste, à mettre la barre trop haut, et c’était pour cela qu’il s’énervait souvent sur les photographes ou les mannequins d’ici. Cette même femme était capable de vous expliquer que Glamorous World était comme divisé en deux. La partie amateur et l’autre professionnel. Dans la première partie, tous les jeunes photographes et mannequins, où l’un des assistants – ou même Ketsia – avait trouvé une once de talent dans leur travail, et qui était aussi pour essayer. Comme une école. On leur apprend, on les perfectionne. Il reste ou il part. Cette partie étant donc comme de véritable sable mouvant, si o ne prend pas sa chance à temps ... Le second, étant tout les mannequins déjà parus sur d’autres magasines, plus ou moins connu, mais qui ont de l’expérience, ayant signés des contrats plus ou moins identiques avec la boîte. Et les photographes aussi. Comme le célèbre Kieran Andrews, un des photographes en vogue depuis quelques petites années, qui avait signé ici. Certaines personnes avaient signés sas savoir ce que la close spéciale engageait. Demandant comme une propriété de la boîte. Tous les contrats étaient dénichés ou tendus par leur supérieur. D’autres – comme Kieran – avait su la contourner, gardant une certaine liberté. Mais les amateurs ont tout à y gagner de la signer.
    Glamorous World était une entreprise assez spéciale. Boîte de Mannequinat qui sortait aussi un Magazine, offrant la possibilité, l’honneur, la chance, de voir apparaître un mannequin amateur en couverture. Bien que cela soit rare, parce qu’il fallait plaire au despotique patron qui s’occupait de cela avec certains de ses assistants. Bref. Tout ça pour dire, que la jeune femme n’aimait pas réellement son patron. Elle le jugeait horrible, comme la plupart des personnes travaillant ici, mais elle savait qu’il pouvait être très gentil, et très généreux. Elle n’avait jamais eu à se plaindre niveau salaire et congés. Alors même si il avait un caractère de chien galeux, elle n’échangerait pas sa place.

    L’entrée de bâtiment. Une façade ovale creuse, qui dominait par son design lumineux. Des vitres, du blanc, un léger style colonial. Le magnifique logo « Glamorous World » en noir luisant sur la façade. Plus couramment appelé Glam W, ou Glam World. Magnifiques Jardins, et Entrée blanche, propre. Pure. L’accueil où se trouvait la vampire, était noir, blanc, rouge. Tout était soigneusement décoré, pour rester tout de même simple, high-tech, et pas du tout surchargé. Car il fallait que les ondes de créativités circulent comme disait le patron. Sur la gauche, se trouvait un long couloir qui menait aux salles de vidéosurveillances, des bureaux de l’administration de la boîte. Sur la droite, plutôt derrière elle, se trouvait le passage de la passerelle, pour atteindre le second batiment, aux se trouvaient les studios. Sur la droite, deux portes donnant accès aux vestiaires mixtes ou pas, pour déposer affaires et autres avant de commencer à travailler.
    Après avoir emprunté la passerelle, on arrive à une rambarde. On était au niveau 1. Cette pièce était souvent comparée à la tour de garde d’une prison, un immense carrée, ou d’en haut on pouvait voir quelques bureaux de stylistes, des projets en cours, des tonnes de dessin, les bureaux des personnes qui travaillaient sur le magazine, sur les retouches photos et autres. Si on relevait le regard sur la droite on pouvait voir la fameuse Bulle de Verre, où se trouvait actuellement Ketsia. Si on longeait donc la rambarde, on atteignait quelques escaliers pour atteindre cette salle de réunion, mais continuons tout droit. Passons derrière. Escalier ou ascenseurs, pour atteindre le cinq niveaux différents. Sur chaque niveau, se trouvaient les différents studios, plus où moins grands. Tous répartis en zones données par des lettres, suivit de 1, 2, 3, 4 ou 5, qui sont donc les étages.
    Le bureau de Ketsia, lui se trouvait donc au niveau 1, si on logeait la rambarde sur le côté gauche. Spacieux et assez grand, joliment décoré, plus pratique que tape à l’œil. Derrière son bureau, se trouvait un immense plaque de verre formant un angle droit. Sur l’horizontal étaient posés de nombreux dessins, croquis de tenues, et sur le vertical des photos prises, de mannequins souvent différents, dont Ketsia y trouvait un minimum d’intérêt. Ce n’était pas là pour faire beau, mais pour le travail que Ketsia menait pour le magasine. Sur son bureau étant posés donc l’ordinateur fixe, plus deux autres ordinateurs portables, qui étaient en veille. Du travail. Et encore du travail.

    Après l’intervention de l’hôtesse d’accueil, un silence se plongea dans la pièce de réunion. Si l’humain ne savait pas qui était cette blonde, les assistants et Ketsia, eux, savaient très bien qui elle était. Il s’excusa, et fini par filer dans so bureau, rejoindre la blonde où avait été conduit Carolina.
    Simplement vêtu, loin d’être à réellement affiché les marques, Ketsia était habillé de vêtements signés Glam’s World, taillé pour les mannequins, par réellement pour être vendu – ceci n’avait pas encore été envisagé. Un jean noir, taille basse qui tombait sur ses hanches lui moulant son derrière et son bas ventre. Jean noir, où se trouvait un serpent argenté, brodé, qui s’enroulait de sa cheville à sa cuisse. Une chemise noire, avec u autre serpent, mais autour d’un bras, la tête du reptile sur l’omoplate. Les cheveux attachés, comme toujours, en chigno rapide, retenu par deux baguettes blanches. Légèrement maquillés, du khôl pour les yeux, on voyait bien que sa beauté était « naturelle » et sa grâce aussi, e venant pas des couches de maquillage ou de retouche de photo.

    Par sa condition de vampire, Ketsia connaissait Carolina, pour être venu avec son Père, le Roi Alexander, faire signer le Pacte de Paix au père de Carolina. Ketsia, Prince Aliséa d’Europe, passait parfois rendre visite à la Maître Vampire des Precious, pour entretenir des relations « politiques ». Mais ils e s’étaient fait que croisés lors des gala, ou autre fête de leur monde de strass et d’humain.

    En face d’elle, il lui sourit. Lui fit un doux baise-main comme à son habitude en temps que vampire, un léger sourire en coin, narquois sur les lèvres. Inutile de préciser qu’ils s’appréciaient.


    « J’imagine que vous venez pour des raisons humaines… Que me vaut ce plaisir ♥️ ? »


Dernière édition par Ketsia A. Andrews le Dim 15 Nov - 1:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Let's talk about buisness (Kestia)   Jeu 19 Nov - 17:52

    Inutile de rajouter aussi que le fait de fixer quelqu'un mettait souvent mal à l'aise et que le propriétaire de ces yeux-là, n'en avait pas forcément conscience. Et bien, si je puis me permettre, c'était ce qu'il faisait. Ses yeux étaient accrochés à Carolina, qu'il n'avait pas vu depuis... Un bon mois. La dernière fois fut lors d'un défilé de mode, où Ketsia avait été convié pour recevoir un cadeau du couturier en question. Une des plus luxueuses et extravagantes tenues que Ketsia ne mettrait sûrement que rarement. tellement décalé de ce qu'il peut porter, mais il garde ca précisément. On apprécie on n'apprécie pas. Il n'aime pas. Il n'adore pas. Et lorsqu'il aime, il n'adore pas. Il l'avait croisé, un brin de causette, peut-être une centaine de photo pris à la seconde par les paparrazis, sûrement une ou deux photos dans les magazines peoples. Et puis rien d'autre, jusqu'à aujourd'hui. Et pour en revenir au fait principal, Aliséa l'avait observé de la tête au pied, d'une manière un peu discrète. Son sourire s'était de nouveau glissé sur ses lèvres.
    Ketsia dans le genre "Je souris Mais je reste neutre : Rien n'est gagné" collait parfaitement. Il pencha très légèrement la tête sur le côté, alors qu'il l'invitait à s'asseoir. Et dans cette situation, n'appréciant pas réellement d'être séparé par son bureau, certes simple, il le contourna, et s'y assis doucement dessus sur le rebord, à deux ou trois mètres de Carolina, l'écoutait.

    Noir & Blanc. Forêt. Animal. Choses particulièrement intéressante... Ce qui était merveilleux dans son cas, c'était que le choix de l'animal pouvait être tourné vers ces grosses bêtes qu'étaient certains félins. Et qu'il n'y aurait pas réellement besoin de photomontage. Le seul hic : Les canidés. SI elle pensait à un loup c'est rappé.
    Une autre chose à savoir : Ketsia à l'habitude - à cause du second Maître Vampire ; Kazumi - de dresser des remparts à sa tête. A ses pensées. N'étant alors qu'une boite sûrement hermétique ou alors semblant vide. Désertique. Creuse.
    Mais l'idée proposée par Carolina lui plaisait, et c'était déjà une bonne chose. Il se redressa un peu, et demanda :


    « Et quand vous dites : Animal vous pensez à quoi ? »

    Oui il était curieux. C'est dans sa nature je crois.
    Mais une autre chose le titillait un peu.. Le choix du photographe. Lorsqu'elle lui donna sa réponse, il eut une très légèrement moue, se mordilla le coin des lèvres à l'intérieur de sa bouche, très calme. Gardant toujours ses bras légèrement en arrière appuyé sur son bureau. Si il croisait les bras, il formait une barrière entre Carolina & lui, et donc c'était qu'elle devrait ajouter un peu plus d'arguments... Alors il exposa ses pensées, de cette voix toujours ausis délicieuse - cela aurait envoûté un humain. Mais cela fait aussi de l'effet aux sangs purs. Ketsia est tout de même vieux pour son apparence.


    « ... Sincèrement, je pense que le choix du photographe vous revient. De droit, je dirais presque. Puisque c'est lui qui donnera le style de BV aux photos, non ? ... Mais le fait d'avoir un second mannequin vous gênerais ? Parce que... L'idée me plaît bien ... Mais me fait penser aussi à l'un des mannequins qui travaillent ici. Un amateur certes mais... Je suis sûr qu'il pourrait très bien collé pour ces photos-là. »

    A qui pensait-il ? A son démon pardi... Un certain Nathaniel Cowen, un diable. mais son classeur de lui plaisait pas.

    « Mais je dois avouer... Que je suis partant pour cette idée-là. Et pour ma proposition je n'ai pas envie que vous vous déciderez à a hâte comme ça. Je m'occuperais de refaire son classeur pour vous convaincre avec des photos dans le même style... Cela vous va ? »

    Il se redressa... Mais cette fosi-ci réellement pour contourner une fois de plus sans bureau. De son pied il poussa sa chaise roulante, et attrapa son PDA, sûrement son meilleur ami. Ketsia n'avait pas de manager à proprement parlé, juste une secrétaire. Lui s'organisait tout seul. Oui, c'était un vrai enfer, il était dingue. Mais vous savez quand on ne dort pas la nuit, on fait des centaines de choses en plus en une journée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Let's talk about buisness (Kestia)   Jeu 10 Déc - 17:39


    « Oui Bien Sûr. Je vais vous trouver ça, tout de suite… »

    Comme sur par exemple le dernier numéro de Glam’s World, le fameux magazine. Ce magazine par vraiment cher, et pourtant qui arrivait à trouver le moyen de mettre quelques pages glacées, et avec une couverture plus épaisse. Toujours classe. Toujours un contraste de couleur. Ici, c’était le noir et blanc. Ici, c’était notre joli mannequin amateur en couverture. Si ce magazine avait eu un effet de mode soudain, des millions d’exemplaire vendus, d’ici et là. En Amérique, et Angleterre, mais aussi en France et quelques autres pays francophone. Ce succès phénoménal, est justement la raison nommé par Carolina – dans les actions. Ketsia faisait en sorte que les couvertures soient prises par les derniers cadeaux du ciel qui étaient débarqués dans l’entreprise. Des amateurs, des jeunes qui veulent débarquer, qui veulent percer dans ce milieu. Les lecteurs, pouvaient donc plus facilement s’y reconnaître. Et les critères de sélection de cette agence de mannequinât n’était pas aussi carré que d’autres. La plupart du temps, pour un homme, il fallait, au mieux, mesuré 1m82, avoir un tour de poitrine avoisinant les 95cm, un tour de taille de 75cm, et un tour de hanche de 98cm. Ici, y fallait une maculature naturelle, une silhouette harmonieuse. Une personnalité soulignée. Et des petits trucs en truc. La présence. La démarche. Un regard. Des petits quelques choses, des petits plus. La dernière « mannequin » à avoir fait la couverture du magazine, était une asiatique, qui mesurait dans les 1m64. Brune. Toute mignonne. Elle avait du style. Aujourd’hui, l’un des employés de l’entreprise, un de qualifié bien entendu, avait été donc promu comme manager de la Miss. Toutes les photos qu’elle pouvait produire, donc, avec n’importe quelle marque été donc avec l’étiquette Glamorous World.

    Bref. Tout ça pour dire que Ketsia avait traversé la pièce. S’étais excusé, et avait disparut dans le couloir, pour rejoindre un bureau non loin. Et il revint avec donc le numéro, tout juste sortis il y a quelques jours. Numéro, où le fameux mannequin faisait la couverture. Son charme, bien qu’il ne soit qu’un simple humain – était inhumain. Epoustouflant. Bien qu’il ait des choses à redire au niveau de la technique de cet amateur, son potentiel et son talent n’était pas des moindres. Bien au contraire. Son regard charmait, son physique était plaisant. Aux yeux de Ketsia, cet homme avait tout. Et beaucoup trop justement… Jusqu’à l’odeur que trop envoûtante et délicieuse. N’est-ce pas ironique ?
    La couverture devait accrochée, et c’était le cas. Il la lui montrait puis lui donna les numéros des pages où il apparaissait encore. Noir et blanc justement. Seul. Sur une deux trois quatre pages. Chaque photo prenait une page entière. Papier glacé, papier photo. Les seules, comme dans les autres numéros, celle de la couverture, de la personne qui était dessus. Et puis une autre où il était accompagné d’une belle blonde, moins douée. Et deux autres, où il était accompagné de Nightmare. Notre cher Ketsia. Et ces photos là par contre, de nouveaux en noir et blanc, dégageaient sensualité, et un charme à coupé le souffle. Autant la talent de Ketsia et sa beauté claquait à la gueule, autant Nathanie l’adoucissait tout ce rendu, lentement. Ils se complètement, l’un l’air aguicheur et dévoré par l’envie d croquer l’autre. Et cet autre qui restait calme, bien qu’un léger sourire aux lèvres. Nathaniel avait un potentiel sur ces photos là, nettement visible. C’était comme si doucement, avec Ketsia, tout son charme magique rayonnait plus que d’habitude, comme si la présence de Ketsia rehaussait le tout. Et c’était sûrement le cas…


    « Nathaniel Cowen.»

    Voilà comment s’appelait cet homme … Ce fameux « amateur » qui n’apparaissait pas vraiment sur les photos. Cet homme qui avait voler le cœur de notre cher patron. Que faisait-il d’ailleurs ? A vouloir tant… Poser avec lui. Pour BV. De la folie. Et dire qu’il avait un photoshoot juste un peu plus tard avec le mannequin. De la pure folie. Oh oui. Il était content. Il allait pouvoir le voir. Sûrement même le toucher… Se mettre sous le nez l’objet de tous ses désirs, et de sa faim la plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Let's talk about buisness (Kestia)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let's talk about buisness (Kestia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For A Dream :: •• EUROPE :: ♠ L . O . N . D . O . N :: ▲ Glamorous World-
Sauter vers: