AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Enfers & Damnation
Une nouvelle intrigue : Une maladie, un virus, bien étrange ravage la communautés des vampires.
Fièvre, Hallucinations, Vomissements, Coma, Soif de Sang, Sautes d'Humeurs, ... sont au Rendez-vous.

Nous avons une surpopulation de vampires ~ Tentez de favoriser les humains, ou bien la Damnés Ahmès & Akai Yume

Partagez | 
 

 Tête à tête avec la mort [pv Sethounet *o*]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seth Ahmès

avatar

Messages : 81

MessageSujet: Re: Tête à tête avec la mort [pv Sethounet *o*]   Sam 25 Juin - 15:18

Il y avait face à moi, cet immense royaume qui était mien. Au loin, des dunes d'un sable doré et brûlant. Plus loin encore, le seul autre Dieu capable de me tenir tête pendant des heures entières : cet immense astre solaire qui savait si bien couver ma peau diaphane d'une exquise chaleur. Un vêtement doux et agréable, qui glissait lentement sur ma peau pour me couvrir tout entier, m'échauffer le corps. Réveiller un être froid et insensible, qui n'avait épousé que l'ambition et la liberté.
Un sourire se glissait alors sur mes lèvres, et j'arrachais mon regard de ce paysage de mes possessions pour le poser sur l'une de ces femmes dont j'appréciais la compagnie. Et plus encore : la courbe de sa gorge.... Tant galbée et alléchante ! Et puis sentir l'odeur de son sang qui pulsait sous cette peau délicate, dans cette délicieuse gorge... Quoi de plus envoûtant que le sang humain, d'une jeune vierge ? Pourtant, ma contemplation fut de courte durée lorsque la belle blonde vénitienne, mon infante et calice à ses heures perdues s'approcha de moi, pour me poser au creux de ma main une chevalière, et me poser sur la table, le sabre avec lequel jouait l'enfant capturé.

C'était exactement ces deux même objet qui, la veille m'avait plongé dans une colère sombre, et une soudaine pulsion meurtrière. J'avais sentis cette envie dévorante d'aller rejoindre cette larve dépourvue d'intelligence, pour lui faire subir les pires atrocités que je n'avais fait subir à une créature de la lune... Mais ce manque de discernement, n'aurait fait qu’étancher ma soif de vengeance et de cruauté quelques minutes. Si peu, face à l'euphorie qu'allait m'offrir le voir du père de cet enfant... Doux enfant, naïf vampire.

Ce fut pour cette raison, que j'observais encore le blason des Bathory sur cette chevalière, et ce sabre brillant. Ce fut pour cette même raison que de doux ordres glissèrent à mes lèvres. Je quémandais à ce qu'on le lave, et soigne ses plaies, qu'on le nourrisse et l'habille comme il se devait dans ces palais digne des contes des Mille et une nuits.
J'étais là, souverain d'un monde, debout face aux jardins luxuriant de mes palais, à sombrer dans les plus noirs desseins. J'imaginais alors instruire ce sot, lui faire oublier toutes les choses que ces Européens lui avaient apprit, pour le laver de cette hypocrisie que je prendrais soin de lui mettrait en évidence. Faire de cette fleur de glace, un scorpion de feu, dont je serais maître de la moindre de ses pensées, du moindre de ses gestes... Je serais son nouveau Maître, et je me servirais de lui, pour en savoir plus sur ces Andrews, et ce qui se passait au Mont... Mais restait à savoir, si cet idiot resterait hermétique à toute nouvelle éducation, et ce qu'il faisait si loin de ses terres natales. Si il pourrait être l'objet d'une quelconque torture pour ce brave Comte Bathory...

Ces pensées s'envolaient doucement, tandis que j'attendais que cet enfant malade soit soigné, vétû et nourrit. J'attendais qu'on vienne me déranger dans ce salon d'extérieur, si beau et coloré. Je restais debout en glissant mon regard sur le pelage sombre de l'une de mes panthères, puis je me tournais doucement en entendant du bruit. Je pus alors voir cette beauté insipide vêtu de l'un de ces kimonos pâles qui lui allait à ravir. Mes dardaient mes yeux sur ce faciès d'ange fatigué, mais pourtant retrouvait quelques couleurs. J'attendis qu'il s'approche, qu'il sorte de ce palais, pour demander clairement :

« Puis-je savoir ce que fais le fils des Bathory, si loin de ses contrées natales, Sir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Ahmès

avatar

Messages : 81

MessageSujet: Re: Tête à tête avec la mort [pv Sethounet *o*]   Mer 17 Aoû - 12:59


« Je ne faisais que chercher vengeance contre un père qui me fait défaut. »

Vengeance... Quel adorable mot ! Avez-vous conscience de cet étreinte qu'il peut poser sur vous ? .... Un instant câlin et intime entre vous et lui : et vous ne voyez plus que lui. Du jour à la nuit, il n'y a que cette notion qui tambourine dans votre crâne, il n'y a qu'elle pour vous susurrer de douces paroles folles et exquises... Pourtant je ne bouge pas, je fixe l'horizon sans rien répondre. Ce silence chaud reste entre nous, l'atmosphère lourde et pesante. J'adore la chaleur... Je n'ai plus à sentir la froideur de ma peau et celle des autres vampires contre la mienne. ..

Vengeance... Un instant, je pense que mes desseins ont été percés à jours par cet enfant qui me semblait si naïf et perdu, si faible aux premiers abords. Il cherchait à se venger de son géniteur ? Comment ? Peut-être que finalement... Ma tâche n'allait m'être que plus simple. Je doutais vraiment que les Andrews ait mis sur les épaules de cet ange triste autant de responsabilité... Surtout celle de me faire flancher. Et puis c 'était impossible ! Nous étions mort aux yeux de tous ! Et le peu que nous laissons voir, n'est qu'une famille détruite qui vie loin de tout, avec quelques domestiques... Qui survit, sans éblouir. Qui vie secrètement dans des résidus de vengeance et d'ambition... Et j'étais si proche du but, si proche ! Peut-être que cet enfant n'allait devenir qu'une arme infernale... Précieuse arme.

« J'aurais pourtant posé sur toi l'image d'un enfant en fuite... »

Doucement, le Pharaon se tourna vers l'enfant. Ses yeux d'azur se posèrent sur lui, sévères et perçant. Un bref instant, il eût comme un lien entre les deux, comme si un bref instant, tout aurait pu se produire. Comme si un instant, dans les yeux de l'ancien s'était glissé de l'espoir et de la douceur, juste pour Andre, comme si il aurait regardé son propre fils dont il aurait pu être fier...

« Pourquoi m'avoir emmené ici ? Quels sont vos buts ? »

Pourtant, cet instant fut infime, puisqu'il détourna le regard et se glissa sur ses lippes un sourire un brin amusé en l'entendant le questionner de nouveau. Si direct et si peu respectueux. Il se demandait si les Européens avaient au final un tant soit peu d'éducation à transmettre à leurs enfants. Le temps de quelques secondes il parut désespéré, puis lui tourna le dos, et il fixa le soleil, se brûlant sûrement les yeux, tout en soufflant de cette voix infime mais profonde, suave et envoûtante...


« Dois-je t'expliquer qui je suis, où nous sommes, ce qu'étais mon peuple, ou l'as-tu compris toi même ? J'ose espérer que là-bas encore, on vous enseigne la vrai Histoire des fils de la Lune, et non des mensonges à en crever la bouche ouverte... »

De l'acide, pur et dur. Oh oui, je détestais ces familles, ces rois et princes qui se mentaient et profanaient tant de chose. Qui mentaient à quiconque s'approchant de leur monde, et à tous ceux qui y vivaient.

Qui j'étais ? Un Pharaon d'un peuple qui avait tant brillé à l'époque. J'étais le fils d'un couple qui avait été les Lumières du monde vampire. Ils étaient tous, et ces Européens si petit face à nous... Si faibles... Une trahison, des alliances étranges qui ont unis trois continents pour ne détruire qu'un seul royaume ! Si lâches !

Ils avaient tout brûlé, tout détruit, des familles entières. Des enfants, des femmes, des vieilles personnes, des humains, tout absolument tout. Ils nous ont volés nos familles, nos vies, nos richesse,s notre puissance. Notre peuple était mort, nous étions tous mort... Et je n'étais que le fils d'un couple mort, un fils perdu qui avait soif de vengeance. Je tuerais en premier celui qui m'a volé mes parents : le père de cet enfant si naïf et manipulable qui se tenait face à moi. Ensuite, je me ferrais un plaisir de leur prendre leur Roi si hypocrite... Leurs deux princes, et détruire cette famille Andrews jusqu'au dernier, jusqu'au simple calice, jusqu'à la moindre personne ayant un lien de proche ou de loin avec ces monstres. Ensuite, nous parlerons d'un nouveau monde...

Ensuite, je serais le créateur d'un nouveau monde... Ou du moins, celui qui a toujours existé et qui a été déformé par ces menteurs. Comme si nous pouvions renier ce que nous étions... Des vampires un jour, des vampires toujours.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Ahmès

avatar

Messages : 81

MessageSujet: Re: Tête à tête avec la mort [pv Sethounet *o*]   Mar 23 Aoû - 13:08


« Et qui te dis que nous ne sommes pas au Maroc ? En Algérie ? Ou bien même ailleurs... Il n'y a pas que l’Égypte en Afrique... Et il n'y a pas du sable qu'en Égypte. Et à moins que je ne me fasse déjà trop vieux, on ne voit aucune pyramide d'ici. »

De la froideur. Encore et toujours. Je n'avais pas d'autre raison de détester ce Prince en fuite, à par son patronyme. Mais je n'arrivais pas à contrôler ce dégoût et cette colère qui ronronnait dans mon être entier. Le fait d'accueillir chez moi, le fils de cette larve que je désirais plus que tout tuer, m'en donnait des frissons de dégoût.

J'observe son regard sur mes félines amies. C'est un regard sévère qui rime presque à un reproche : il est permanent. Quoi qu'il fasse il m'agacera. Sa présence seule m'agace. Sa douceur, son manque de... Personnalité, l'hypocrisie dans laquelle il a grandit, la famille à laquelle il appartient, le royaume dans lequel il a grandit ! Tout m'agace ! Tout m'énerve ! Cet être n'aurait pas dû croiser mon chemin ! Je n'aurais jamais dû avoir la bonté d'âme de le faire vivre de nouveau... Il aurait dû pourrir, devenir fou, sombrer dans la faim la plus noire et sinueuse qu'un vampire ne puisse connaître. Je l'aurais tuer lorsqu'il m'aurait supplié de le faire...

On regarde ailleurs, on respire doucement l'inutilité de cet oxygène et on expire lentement. On se calme, il détend le moindre de ses muscles, et on oublie cette présence non-désirée... Ai-je vraiment fait le bon choix ? De toute manière, il ne deviendra qu'un pantin. Il mourra comme les autres lorsque je n'en aurais plus l'utilité. Cette idée me réconforta. Je n'allais pas être ennuyé par cet idiot à jamais.
Mais pourtant, ces paroles firent crisper mon corps. J'inclinais légèrement la tête sur le côté, laissant quelques os craquer dinstinctement. Je me retournais, et sifflais froidement, laissant échapper cette haine, cette colère contre son peuple et l'imagine qu'il donnait au mien, à ma vie, à ma famille !

« Tu en as eu vent !? Par tous les Dieux ! Garde cette suffisance pour ton peuple ! Mes lèvres se tirèrent dans un rictus de dégoût, de la colère que j'essayais tant bien que mal de contrôler. J'étais rarement soumis à mes émotions, et cela m'agaçait fortement. En entendant ses dernières paroles, ce fut dans un souffle, d'une voix si basse que je venais cracher : Et ton hypocrisie aussi. Je continuais à parler, très lentement, détachant la moindre syllabe qui s'échappait entre mes lèvres, le fixant comme pour lui faire entrer cela dans le crâne avec force. Il y avait aussi cette agressivité qui grondait dans ma voix pourtant lente et suave. Sifflante. Les mots sont bien beau.... Nos actes tellement plus... Révélateur..... Oh ! Tu as honte ! Honte ! Honte de ton peuple ! Sans que je ne puisse me contrôler réellement, un rire éclata entre mes lèvres, levant les mains et les yeux au ciel, avant de les joindre devant moi pour finalement lui faire face et m'écrier bien plus fort : Mais mon fils ! Tu es un vampire ! La cruauté conspire en toi ! La faim, et la violence ! »

Je ne dis plus rien et je l'observe faire avec ma féline amie. Cette panthère si noire et aux yeux d'émeraudes. Un petit sourire en coin et amusé se glisse sur mes lèvres en comprenant ce qu'il fait. Je me désespère à le voir s''asseoir sur le sol pour refouler cette envie de mordre cette panthère qui vient de poser ses yeux à présent carmin sur lui. Cette panthère qui gronde comme un animal sauvage, qui gronde pour lui faire peur et le mettre en garde. Ce félin qui lui montre ses crocs acérés pour lui faire taire son envie de lui voler sa main. Un large sourire adorateur se glisse sur ses lippes, tout comme je glisse ma main dans son pelage sombre lorsqu'elle s'approche de moi :

« Elles tiennent bien plus de nous... Que leurs anciennes consœurs... Tu devrais faire attention. Je les ai déjà vu s'unir pour dépecer l'un de mes anciens domestiques qui avait faim. »

Un de ces règles qui n'auraient pas été permise dans le monde des Andrews. Transmettre le Don Ténébreux à un animal. Tout comme il était interdit de le transmettre à un enfant ! ... Mais celle-ci était respectée ma foi, par tous les gens censés. En tout cas, je ne voulais pas en voir dans mon royaume. C'était tellement égoïste et insensé d'offrir l'éternité à un enfant,et le condamner à cette petite enveloppe charnelle à jamais...

Je me penchais pour déposer un doux baiser sur le museau de cette panthère qui ronronna doucement. Une dernière caresse avant de la laisser filer rejoindre sa consœur pour s'étaler sur elle, et rouler bouler, à gronder et se donner des coups de pattes.

« Je vais peut-être t'apprendre quelque chose, mais lorsqu'on a faim : on part chasser. Les pichets de sang que tu trouvera à l'intérieur du palais, ne sont pas pour te nourrir, mais pour préserver ta chasse. Alors file. Je ne veux plus te voir tant que tu ne seras pas maître de tes actes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Ahmès

avatar

Messages : 81

MessageSujet: Re: Tête à tête avec la mort [pv Sethounet *o*]   Lun 17 Oct - 16:11

« Arrête ! Je n'étais pas né lors de ce massacre.. Je n'étais pas encore venu au monde...
- Ne me tutoies pas.


Il y avait tellement peu de personne qui osait le faire, ou pouvait se le permettre. Il ne devait y avoir que mon cher bras droit qui pouvait le faire, sans que je ne m'agace et laisse gronder mon aura sous ce manque de respect...

J'avais ignoré ses paroles. De toute manière, c'était toujours la faute de personne lorsqu'un crime est commis, lorsqu'un génocide est accomplis. Je n'ai fait qu'obéir aux ordres dit-on. Pourtant, ceux qui donnent les ordres, ne sont pas forcément ceux qui retirent la vie... Je parlais de son peuple, je ne parlais pas de lui en particulier. Et l'idée même de devoir lui expliqué cela, me fatiguait. Ne pas posséder une once de matière grise, m'énervait. Cet enfant était niais, idiot, bête, simple d'esprit ! Formaté à geindre et avoir ds goûts de luxe sûrement. Je ne savais vraiment pas, si j'allais pouvoir tenir aussi longtemps au côté de ce rat. Encore, si il était intéressant, ne serait-ce qu'un minimum... Si il possédait de quoi me tenir la discussion, sans que je n'eusse l'envie de soupirer de désespoir, ou même l'envie de le noyer pour qu'il se taise en entendant des idioties pareille... A son âge ! Mais il sortait d'où ce gosse ?

(...)

Une semaine était passée. Si Anubis avait eût la joie de rencontrer Andrei, j'avais rie quand Anubis m'a raconté qu'il lui avait fait peur... Anubis fait peur à tout le monde de toute manière... Mais moi, je l'aime ce petit scorpion des sables. Il était devenu si fort et si grand depuis qu'il vivait à mes côtés, malgré ce vice qui le dévorait le l'intérieur.

J'avais pris le soin saugrenue d’appeler un précepteur et domestique pour s'occuper d'Andrei. Lui apprendre l'histoire de l'Egypte peut-être, et les manières, les traditions de notre peuple. Il dinait dans sa chambre... Je ne voulais pas le voir encore à cette table royale. Pas assez digne malgré son sang presque pur dans ses veines...

Une semaine.... Etait-ce suffisant pour que cette larve se soit calmée, et ait avalé un minimum de chose qui me ferait plaisir de converser avec lui ? J'en doute... Mais je ressentais un besoin étrange et pressant que d'aller vérifier tout cela de moi même, quitte à lui apprendre de force, moi-même. Tous des plans entier grondaient dans mon esprit... J'avais décidément hate que cet enfant devienne quelque chose d'utile... De précieux peut-être pour mes machinations.

Et puis cette histoire de se venger de son père, me triturait l'esprit. J'avais envie de savoir... J'avais besoin de savoir ce qu'avait bien pu faire ce monstre pour que son propre fils le déteste autant. Les enfants étaient tellement précieux ! Je chérissais les bien ! Et je ne supportais que très peu que d'autres s'en occupent à ma place, leur content des histoires ou l'Histoire, même si j'étais Pharaon, même si j'étais occupé. Je ne voulais pas voir ces instants qui me fendaient le coeur. Pourquoi diable ferrais-je des enfants si c'était pour les confier à d'autre ? Je n'avais pas réellement besoin d'hérité, lorsque l'éternité nous est offerte...

Quoi qu'il en soit, je me levais, léger et rapide comme une brise de vent. Je m'approchais de la chambre de cet enfant européen, sentant son odeur délicate et pourtant nauséabonde lorsque j'y décelais si rapidement l'odeur d'animal... Je passais la porte de cette chambre vide...

« Andrei ? ... »

Pas de réponse. Aucune âme qui vive... Mais des feuilles, des croquis, des dessins à la plume, attirent mon attention sur le sol. Des peintures aussi peut-être. Je m'approche.

Effroi.

J'hausse un sourcil en voyant mille et uns portraits de ma propre personne sur ces feuilles. Je m'accroupis doucement, pour attraper délicatement quelques feuilles. Les observer, regarder une, puis une autre, tout en retenant mon souffle qui était si inutile. Il était doué. Voilà donc au moins une chose en quoi il était doué... Bizarrement, peindre, ou dessiner, ne nécessitait aucun mot, aucune parole... C'était donc ca !

Pourtant... Cette fascination m'inquiétait. Très vite, cette idée d'âme soeur me venait à l'esprit... Je réfléchissais. Puis j'entendis un bruit. Un frôlement de tissu. Je lâche tout, et me lève, en un quart de demi seconde, je me retrouve dans le couloir, et voir cette crinière d'or blanc précédé les drapés.

« Andrei ! »

Un pas en avant, une légère impulsion et telle une gazelle je partais à sa poursuite. Trop rapide, si rapide qu'était la race des vampires ! Je refermais soudainement mes doigts autour de mon poignet, le stoppant quasiment net, en le faisant tourner vers moi.

« Où vas-tu comme ça ? »

Pas même un reproche. Il était partit parce qu'il me fuyait. Je lui faisais peur. Je sais, j'en avais confiance.

« Je ne vais pas te faire du mal Andrei... Alors n'ait pas peur.... Je voulais juste te parler. »

Et il était sérieux...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tête à tête avec la mort [pv Sethounet *o*]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tête à tête avec la mort [pv Sethounet *o*]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un lien avec la mort ? C'est par ici.
» › qui aime la mort aime la vie.
» Haunui Shuraba
» Un lien avec la mort ? Et pourquoi pas ? ~ Thanatos
» On ne badine pas avec la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For A Dream :: •• AFRICA :: ♥ L . E . C . A . I . R . E :: Palais Royal des Damnés Ahmès...-
Sauter vers: