AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Enfers & Damnation
Une nouvelle intrigue : Une maladie, un virus, bien étrange ravage la communautés des vampires.
Fièvre, Hallucinations, Vomissements, Coma, Soif de Sang, Sautes d'Humeurs, ... sont au Rendez-vous.

Nous avons une surpopulation de vampires ~ Tentez de favoriser les humains, ou bien la Damnés Ahmès & Akai Yume

Partagez | 
 

 Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kieran A. Andrews

avatar

Messages : 60

MessageSujet: Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]   Sam 25 Sep - 22:17

Huit heures du soir venait d'être sonné par l'horloge de l'ancienne abbaye française. Le vieux bâtiment pourtant bien plus jeune que lui s'élevait majestueusement. Vestige d'une époque révolue, d'une croyance tombant doucement vers un monde de désuétude et d'oubli. Le cours de la vie avançait, quand le passé n'était plus que des leçons d'histoire revues. Rares étaient ceux à avoir connu le Mont avant qu'il ne devienne cette ile réputé pour une abbaye d'exception. Pourtant, lui se rappelait de ce lieu sans ce bâtiment sacré, sans toute cette population de touristes. Un endroit encore vierge de la trace humaine, encore inconnu du monde. Comme les choses changeaient en temps de temps. Aurait-il la même tristesse dans un millier d'années ? Aurait-il cette tristesse quand il verra son frère rejoindre définitivement l'âme qu'il aime ?

Se relevant d'un mouvement simple, le Vampire songea à quitter sa chambre, n'éprouvant aucun plaisir dans cette pièce. Elle refermait trop de souvenirs, trop de sensations qu'il voulait oublier, trop de sentiments qui restaient emprisonner dans son cœur. Comme souvent, trop souvent. Il n'avait pas tendance à souvent extérioriser ce qu'il ressentait, son unique confident était son frère, mais il avait choisi de couper les ponts avec lui, vidant de façon radical sa vie « sociale ». Il y avait bien le reste de la famille Andrews mais il ne leur avait jamais accordé sa confiance. Pas comme à son frère... Mais il devait arrêter de compter sur lui, il avait plus important que son jumeau, désormais... Pourtant, les six mois à ce régime n'avait définitivement rien changé à son problème de conscience.

Lâchant un soupir de lassitude, le Vampire secoua sa tête, laissant sa chevelure platine errer au gré du mouvement. Il ne pouvait pas se perdre encore dans ces pensées. Licha ne serait plus jamais rien qu'à lui. C'était ainsi, les choses ne dépendaient pas de sa volonté, il n'avait juste pas le choix. Séparer son frère de son âme sœur serait mortel et ce choix, il ne pouvait pas le prendre. Il affectionnait trop son frère pour le voir s'en aller de lui-même. Il avait préféré se séparer de lui, le laisser partir, lui donner cette liberté qu'il n'avait jamais réellement eu. Mais pourquoi devait-il en souffrir autant ? Pourquoi rien ne calmait cette douleur ?

Jetant un regard sur sa tenue, le vieil être retint un soupir en constatant qu'il ne ressemblait à rien. Ou plutôt à un vulgaire épouvantail. Non pas qu'il soit accroché à son apparence, mais le style négligé qui se traduisait par des vêtements froissés ne faisaient pas partie de sa garde-robe acceptable. Même s'il ne croisait personne, il n'aimait pas ressembler ainsi à rien. D'autant qu'avec sa chance, il allait tomber sur quelqu'un. Tant que ce n'était pas Licha, cela irait... Non, s'il croisait sa mère, elle allait encore mettre le nez dans ses affaires. Elle ne voulait pas comprendre ce froid entre eux deux. Elle poussait constamment Kieran dans ses retranchements, pour comprendre. Elle donnait innocemment des nouvelles de Kestia, en appuyant sur la cruauté qu'il faisait preuve à son égard, sur son besoin... Mais son fils ne fournissait aucune aide. Il ne pouvait décemment pas dire qu'il mourrait d'envie de tuer l'âme sœur de son frère et d'enfermer ce dernier dans sa chambre, tout en restant constamment avec lui. Mais il savait qu'il n'en ferait rien...

Retirant ces vêtements mille fois trop froissés, le vampire récupéra un pantalon de ville, d'une noirceur complète et une chemise blanche, ainsi que son manteau noir. Classique, sobre et contenu normal d'une tenue pour Alésia. Il portait rarement autre chose en style vestimentaire, mais variait de temps à autres les couleurs. Sauf que ce soir, il n'avait aucune envie de s'embêter avec ça. Juste une envie de jouer un peu, loin des oreilles indiscrètes, loin du regard insistant... Juste même de côté ses ressentis pour recomposer son masque de froideur. Masque qui ne durerait pas longtemps sinon. Il avait besoin de fuir, de s'échapper. Et hormis la lecture, seul jouer quelques airs de musique pouvait calmer ses nerfs trop mis à l'épreuve. Jouer un peu de violon, loin des autres. Juste oublier pendant quelques minutes ses propres déceptions.

S'emparant de son instrument de musique caché dans une boite de protection, le Prince de Glace sortit rapidement de sa chambre et du bâtiment, voulant juste trouver un coin tranquille. Un coin où aucune âme ne viendrait l'agacer pour une requête quel qu'elle soit. Avec un regard froid et un visage sans expression comme à son habitude, le Jumeau s'éloignait de sa demeure, pour aller se perdre dans les rues du village. Plus exactement, il comptait profiter de la froideur de la soirée pour aller s'exiler sur la plage. Rares devraient être les occupants du lieu. Au pire, s'il voyait trop de monde, il ferait demi-tour. Se glissant entre la foule, comme une ombre nocturne, la Fleur de Glace ne laissa pas le moindre soupir s'échapper de ses lèvres en constatant que personne n'occupait la plage. Au moins, il serait tranquille... Tant que personne ne viendrait.

Ouvrant son étui, le violoniste récupéra son instrument et son archet. Il ne prenait jamais la peine de prendre des partitions, il connaissait presque trop bien les airs de violons pour en avoir constamment besoin, seule la Sonate des Trilles du Diable nécessitait les partitions, puisqu'il jouait quasiment jamais cet air maudit. En dehors... Fermant les yeux et passant ses mains dans sa chevelure platine, l'être aux yeux bleus déplaça ses mèches blondes pour ne pas être dérangé pendant qu'il jouait. Il n'aimait pas être interrompu à cause de ses cheveux libertins. Aucun doute que si le vent s'en mêlait, il aurait des soucis de toute manière. Mais cela ne le préoccupait pas pour le moment. Non, il cherchait juste ce qu'il allait jouer, quel grand compositeur serait son refuge pour quelques minutes ou quelques heures... Aucune idée précise, il voulait juste jouer... Soit...

Sans un regard vers l'arrière, l'artiste laissa son archet effleurer les cordes du violon. Qu'importe la musique, tant qu'elle vidait son âme de ses doutes et ses interrogations. Il voulait juste oublier... Etait-ce trop demandé que d'oublier ce sentiment de jalousie qui l'étreignait constamment ? Laissant les premières notes de La Follia de Vivaldi s'élever, la poupée de marbre sentit vaguement une présence s'approcher, mais il n'interrompit pas sa musique. Si on souhaitait le déranger, il faudrait attendre qu'il ait fini. S'il avait été moins pris dans sa musique, peut-être aurait-il senti cette odeur qu'il connaissait, peut-être aurait-il reconnu ce pas si particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]   Ven 12 Nov - 21:06

Son corps entier frémit lorsqu’il appréhenda les notes torrentielles. Enchaînement d’accords qui explosait dans l’univers, qui éclatait sur son cocon de verre : cage de fer qui vibrait soudainement. Lamelle de métal qui grondait, bourdonnait. Le Prince vampire se retourna sur sa couche de soie, tentant d’ignorer cette mélodie trop parfaite, que seule son ouïe d’être des ténèbres permettaient d’entendre. D’assimiler. D’aspirer. Il ne bougeait pas, comme ancrer dans un paralysie extrême. C’était ce vent glacial illusionniste qui venait l’étreindre, un manteau de glace qui se glissait sur ses épaules, qui venait le faire frémir de frustration, qui venait lui faire mal.

Le faire suffoquer.

Il repoussa soudainement ses morceaux de tissu, dévoilant alors un corps digne d’une sculpture antique, un corps trop parfait pour qu’il soit humain. Hélas, l’intérieur de cette délicieuse enveloppe charnelle n’était que putride : une moisissure échappant miasmes et onctueuses maladies incurables. Aucun remède n’existait encore pour le sauver de cette étrange suffocation de son âme … Ce corps se mouvait d’une grâce féline, envoûtante, qui était consciente, mais pourtant naturelle et habituelle dans cet être de haut rang. Cet homme, aux longs cheveux d’ébènes qui tombaient jusqu’au milieu de son dos, couvraient ses épaules, avait cet œil qui brillait de colère et presque de haine. Il avait un air de froideur colérique peint sur le visage… Cet enfant qui avait bravé les temps, était un être terriblement capricieux. Un être qui désirait plus que tout avoir ce qu’il aimait, ce qu’il désirait à ses côtés. Voilà six longs mois qu’un être avait laissé un trou béant dans son cœur, dans son corps, dans son lit, dans sa vie. Plusieurs fois, le téméraire avait voulu l’approcher : son frère, son jumeau, sa moitié, son anti-thèse, son autre… Son joyaux. L’approcher pour mieux voir sa fierté, et sa confiance voler en éclats, par cet air si froid qui avait toujours fondu face à lui…. Qui avait été exploser avec brio, alors qu’il avait vu cet homme si digne, ce vampire qui portait le nom d’Alésia s’éloigner de lui.

Un peu plus chaque jour.

Face à ce surface lisse et brillante, qui lui renvoyait l’image d’un être fou et malade, il détournait le regard. Lorsqu’il laissait ce problème envahir ses pensées…. Ces dernières teintaient son humeur de colère, de frustration, de douleur et d’infini tristesse. Il ne se sentait guère complet. Il se sentait déchiré…. Comme si cela avait été nécessaire alors qu’il découvrait à peine les horribles joies que de voir son destin enchaîné à celui d’un humain qu’il n’aurait peut-être jamais remarqué….

Son frère, et ce depuis toujours, avait été l’un de ses plus grands soutien. L’une des personnes qui comptaient le plus à ses yeux, avec sa mère, sa nièce Hana, et son cousin Cain. Son jumeau était une partie de lui, tout comme la réciproque était vraie. Il n’avait jamais quitté son frère aussi longtemps de toute sa vie… Et Dieu seul sait combien elle avait été longue. Ils étaient trop proches…. Leur douce mère l’avait que trop souvent répété ! Que cette chose allait les nuire. Eh bien, elle avait raison.

C’était un désir inassouvis, un désir humain, une envie incompréhensible qu’il avait : aller gifler son frère, aller lui hurler tout un tas de chose horrible. Cracher à ce faciès si magnifique son venin de vipère ! Lui faire goûter cet acide dont il pouvait être capable, pour ensuite finir dans ses bras. Le serrer contre son sein, et trembler légèrement contre lui. Alors que la colère et la tristesse gronderait dans son être entier…
Il n’avait pas le droit de lui faire une telle chose, de l’abandonner… Non pas lui ! Si il y avait bien une chose qu’il avait toujours eu peur, c’était bien de se retrouver seul. Sans son frère. Seul face au monde, face à la cruauté que Dieu semblait lui vouer un peu plus chaque jour. Parce que oui, ce vampire aux allures sauvages, ce fauve, ce démon… Ce meurtrier avait toujours été fragile et si peu confiant lorsqu’il était questions de ses doutes, de ses peurs, de ses envies … Un être impulsif et imprévisible : il détonnait, et ne réagissait, ne réfléchissait jamais de la même manière. Il était trop compliqué pour être cerné, si ce n’est qu’il est totalement torturé.

Mais il avait tellement envie de voir ce sourire tendre et doux sur les lippes de son frère… Pouvoir glisser ses doigts sur sa joue. Savourer ce contact si câlin, pouvoir goûter sa tendresse. Frôler son corps, et son cœur du bout des doigts. Qu’il lui revienne, il allait devenir plus fou qu’il ne l’était déjà. Il le détestait pour cela. Pour avoir oser s’éloigner de lui, après tant de belle promesses. Il avait rompu tout ca ! Il était partis ! Alors qu’il avait besoin de lui plus que jamais ! Le sort lui avait jeté un étrange cadeau empoisonné qu’il n’avait jamais désiré ! Toujours redouté ! Il voyait à présent son âme, son esprit, ses mains, son corps enchaîné à un être qui ignorait parfaitement l’existence de vampire… Peut-être même la sienne tout simplement, ou même son regard sur lui, son envie de le tuer, d’entendre ses hurlements sous les craquements de ses os. Ou même son envie de l’entendre jouir, de l’aimer, le chérir, le rendre heureux …

Lui, il était malheureux.
Mais ici, comme ailleurs, les apparences sont trompeuses.

Ce Prince Aliséa, avait beau avoir un éternel sourire ancré sur ses lèvres, et cette assurance débordante, ainsi que cette aura poignante…. Il était troublé. Il était perdu. Dans un amas de chose complexe. Il s’était piégé dans son monde, et celui des humains. Il était coincé, il voulait qu’une main se tende : celle de Kieran.

Il avait quitté la douce chaleur de ses draps, pour parer son corps de quelques tenues princières. L’une les plus simples, qui pourtant lui allait à ravir. Il prit la peine de brosser ses longues mèches de chocolat, et de les accrochés en un rapide chignon sauvage…
Bientôt, une ombre furtive, le vampire se glissa dans la fraîcheur du monde extérieur. Se laissant guider par l’aura de son autre, par les notes de musiques qui à présent frôlaient son corps entier. La musique… Le violon. Ses cordes qui vibraient sous l’archer… Il adorait sa.

Son regard se perdit sur l’écume qui frappait violemment les rochers. Mais il continua plus loin encore, dans un lieu, où l’eau ne venait frôler ses blocs de pierre plus tendrement, dans un lieu où se tenait le violoniste… Il ne dit pas un mot alors que ses yeux restaient accrocher sur… Kieran. Sur Alésia. Il attendit, l’écoutant jouer ses dernières merveilleuses notes.

Ce fut alors après quelque secondes de silence, que le vent porta son souffle, son murmure trop bas. Bien bien assez pour qu’un vampire l’entende. Sa voix douce, et pourtant impérieuse.

« Joues… Les Quatre Saisons. »

Un comportement capricieux ? Peut-être… Mais cette musique là représentait tant de chose à ses yeux. Et entendre jouer Aliséa cela, lui ferrait un bien fou. C’était cette musique qui les avaient guidé si longtemps, lorsque la tendresse les étreignaient au plus fort. Petit, lorsque son frère lui jouait ce concerto, il venait s’asseoir à ses pieds. Et le fixait, il regardait la danse de ses doigts sur les cordes, la rapidité des déplacements de l’archer…. C’était peut-être qu’une partition de musique, une interprétation parfaite…. Mais cela représentait un bout d’eux à ses yeux. SI il lui jouait, il serait prêt à lui pardonnait, car cela serait presque comme une acceptation à ouvrir le dialogue … Il fallait.

Il n’allait pas le fuir toute sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran A. Andrews

avatar

Messages : 60

MessageSujet: Re: Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]   Mar 14 Déc - 20:16

Six mois... C'était une période bien courte aux yeux des vampires, pourtant, pour les deux jumeaux, c'était une bien longue période. Six mois sans l'autre, sans être aussi souvent qu'avant ensemble, sans ces contacts si souvent nécessaire pour l'un comme pour l'autre. Six longs mois où ils n'étaient devenus qu'un étranger pour l'autre. Six mois où Kieran s'assurait de ne pas croiser le chemin de son frère, de ne pas le voir, pour ne pas avoir de compte à lui rendre sur la situation. Il n'avait aucune envie de rendre les comptes. Parce qu'il allait encore en souffrir.

Derrière ce masque de froideur qu'il laissait visible aux autres, le Prince de Glace n'était pas aussi froid, aussi distant avec les siens. Bien rares étaient ceux à voir un faible sourire ou des larmes sur ses joues. Parce qu'il ne laissait pas souvent tomber le masquer. Et il s'était évertué à ne pas laisser ses pleurs devant l'ironie de la situation. Une vulgaire fuite en avant, pour se protéger, pour éviter de souffrir encore plus. Parce que derrière ce comportement d'adulte fort et froid, ce n'était qu'un jumeau adorant trop son frère pour le perdre.

Leur mère leur avait toujours dit, qu'ils étaient trop proches, trop liés... Comme les deux moitiés d'une même pièce. Jamais l'un sans l'autre, jamais seul plus de quelques jours, besoin constant de savoir que l'autre va bien, de veiller sur l'autre. Et Alésia avait eu mal, quand il avait compris que son frère avait trouvé son autre, sa moitié. Sensation de voir son monde s'effondrer, devenir un vulgaire château de cartes qui tombait sous l'effet d'un vent froid. Peur de voir celui qui comptait tant à ses yeux s'éloigner, sans un regard en arrière. Il avait eu peur, il avait eu mal... Il avait fui. Lui, le Prince de glace avait opté pour une fuite, par peur, par crainte d'être le plus blessé des deux, en mettant de côté que leur attachement était réciproque.

Pourquoi ? Pourquoi fallait-il que la présence qui venait d'arriver soit son frère ? Pourquoi fallait-il qu'il croise celui qu'il évitait autant ? Où était son courage pour affronter celui qu'il fuyait si lâchement ? Où s'en était allée cette volonté de se protéger, quand il sentait son frère dans son dos ? Aurait-il le courage de faire face à celui qu'il avait abandonné, pour qu'il puisse vivre sa vie... Avec son âme sœur, et pas avec lui.

« Joues… Les Quatre Saisons. »

Caprice piège. Obéir ou refuser de jouer cette mélodie. Il savait parfaitement ce qu'elle signifiait. Pour son frère comme pour lui. Des souvenirs d'une époque heureuse, d'une vie où ils étaient constamment ensemble. Relation fusionnelle. Trop dangereuse maintenant, il n'avait aucune envie de subir la jalousie de l'âme-soeur de son frère, aucune envie de le voir partir tout joyeux vers un autre et rester seul derrière. Car il n'avait aucune envie que son frère l'abandonne au profit d'un faible humain dont il était amoureux à vie. Bon, certes, il savait pertinemment qu'il veillerait de loin sur l'humain, pour ne pas qu'on blesse son frère. Mais il ne tenait pas à ce que son jumeau comme cette âme-soeur ne l'apprenne. Pas la peine d'acquérir la réputation d'un frère poule.

Reposant l'archet sur le violon, le Prince des Glaces n'avait pas fait le moindre son pour autant. Il ne savait pas, s'il allait accéder à la requête de son Jumeau. Oh, il le pouvait, mais il ne voulait pas que Kestia se leurre. Ce ne serait jamais plus comme avant. Leur relation serait changé, puisque l'un avait son âme-soeur. Et pour le blond, son Jumeau était important, bien trop pour risquer qu'il souffre d'une crise de jalousie de la part de son humain, sous prétexte qu'il avait une relation fusionnelle. Non, il ne voulait pas prendre la peineque son frère soit détruit par une blessure mentale due à son âme-soeur.

« Non, je ne la jouerais pas. »

Son ton n'était pas froid, juste irrévocable. Il ne reviendrait pas sur sa décision, quelques soit les cris et larmes de son Jumeau. Il ne la jouerait pas, qu'importe les remords qu'il aurait, qu'importe les remarques de son frère. Non, il ne pouvait juste pas la jouer. Parce qu'elle représentait le passé heureux et insouciant d'avant. Et malgré tous les efforts qu'ils ferraient, jamais ils ne retrouveraient leur relation aussi amicale qu'avant.

Reposant son violon dans son cou, laissant l'archet se poser sur les cordes, il opta pour une autre mélodie, une mélopée moins liée à eux deux. Un air qu'il affectionnait bien, du même compositeur que la demande de son frère, mais pourtant, ce n'était pas cet air si célèbre, ces notes si connues. La Folia. Il l'appréciait, pour sa rapidité, pour ce doigté qu'il nécessitait. Pour ce calme qui commençait, ces vagues notes qui osaient braver la tempête, qui osait s'élever de ce mont. Son frère aurait pu chercher à l'interrompre, qu'Alésia n'aurait pas réagit, pas bronché. Le violon en main avait toujours ce côté dangereux, ce côté qui le poussait à aimer jouer, à parfois en oublier la réalité.

Ce ne fut qu'après une dizaine de minutes de notes issues du passé, que le Vampire reprit la parole, justifiant ses actes et choix. Il avait assez fui son frère, pourrait-il comprendre ? Pourrait-il comprendre la peur qui l'avait rongé, qui le rongeait encore, ce souffle angoissant qui lui disait que jamais plus il n'aurait leur relation fusionnelle. Parce qu'il ne voulait pas blesser son Jumeau, parce qu'il ne voulait pas attirer la jalousie d'un humain, d'une âme-soeur. Pourrait-il comprendre qu'Alésia n'avait pas rompu ainsi avec gaieté de coeur ? Pourrait-il lui pardonner son éloignement ?

« Nous ne seront plus ces enfants, Licha. Nous ne pouvons plus nous comporter comme avant, toi plus que quiconque. Il y a des remords que le temps ne fait jamais partir, et vos vies ne valent pas le prix qu'on joue avec. Je ne veux pas être aussi impuissant qu'autrefois. »

Il en laisserait pas son frère mourir, pas à cause de son âme soeur. Il le protégerait, mieux qu'il n'avait pu le promettre à Jehan. Il ne raterait pas, pas cette fois-ci. Il l'avait promis sur la tombe de son dernier Calice. Il ferait attention aux siens et à ceux qui lui sont chers. Il ne laisserait plus la mort emporté un être apprécié. Mais son frère comprendrait-il que jamais il n'avait su se pardonner d'avoir délaissé son protégé ce soir-là, de n'avoir rien pu faire pour veiller sur lui ? Si seulement... Si seulement il pouvait refaire le passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]   Mer 2 Fév - 19:58


Ce refus fut des plus brutal pour lui. Le Prince Aliséa fixait son frère sans rien dire. Il n'osait pas même cligner des yeux, ni même prendre un torrent d'air en lui, ou encore déserrer sa mâchoire. Il avait.... Tellement mal. Il savait qu'il n'aurait pas dû espérer que tout allait pouvoir s'arranger. Espérer qu'il puisse comprendre cette situation dans laquelle il se trouvait. Espérer que son frère, lui qui était sa parfaite anti-thèse, lui qui était si mature et emphatique, comprenne que c'était une fatalité. Et que son coeur était assez grand pour eux deux... Lui qui avait été toujours là pour lui, n'était plus qu'une ombre insoumise, qui ne désirait plus partager le devant de la scène de son amour, à présent occupée par un homme sortit de nul part.

Il avait mal. Mal d'y avoir cru, d'avoir passé ces six mois en espérant qu'il pourrait se blottir dans ses bras, oublier ce vide qu'il avait laisser chez lui. Oublier cette tension étrange et surnaturelle qui les reliaient à présent. Il ne supportait plus ces regards froids, le fait qu'il l'évite lorsqu'ils se retrouvaient dans une même salle. C'était bien la première frois qu'il sentait celle froideur légendaire de ce Prince de Glace.
Une froideur vicieuse, qui s'abattait sur lui avec une violence inouïe. Il n'arrivait pas à y croire. Il ne savait pas ce qu'il préférait au fond. Ressentir cette sensation de vide, de trahison, de profond désespoir parce que son frère ne voulait plus de lui.... Ou bien la malédiction de l'âme-soeur.

Il finit par détourner la tête, tandis que les notes de La Folia s'élevèrent dans cette immensité. Oui, il avait envie de pleurer. Comme un enfant. Il en avait envie, parce qu'il en avait marre. Pourquoi ce battre, à tenter de charmer cet âme-soeur, si c'était pour perdre son frère ? Il n'avait pas eût le choix, le choix ne se posait même pas. C'était plsu fort que lui, une force étrange et intense qui le tirait vers cet homme dont il ne connaissait que le visage.
Et son frère.... Non, il lui avait tourné le dos. Il savait qu'il était égoïste, et depuis toujours. Il avait été cet enfant gâté, seulement avec son frère. Il profitait de sa gentillesse et de son amour pour avoir cette affection, cette tendresse que seul son frère pouvait trouver auprès de sa bête noir. Leur Père. Il n'était qu'une honte, lui. Contrairement à son frère. Il aurait voulu le garder pour lui toute sa vie, contre lui. Dans cette étreinte puissante, tel un amant. A lui souffler quelques mots tendres et réconfortants, tel un un confident, un frère. Non, il n'avait pas eût cela ces six derniers mois.

Il ne l'aurait plus.
Jamais.

Il ne releva pas la tête, en entendant ses paroles. Il ferma les yeux, tandis que le vent soufflait plus fort encore, soulevant ses longues mèches ébènes. Il inspira doucement, écoutant cette ode neutre distillée dans ces flots invisibles. Ses paroles furent transportées jusqu'à lui, dans une brise conquérante.
Une inspiration de vie à l'intérieur de lui, puis il répondit dans un murmure :


« Et c'est en m'éloignant de toi que tu deviendras plus fort ? Ou plus insensible ? »

Il avala sa salive, et se détourna doucement. Il porta son regard sur ces flots qui se mouvaient avec violence. Ses émeraudes pâles brillaient que de trop. Il était triste et résigné. Il se sentait totalement perdu. Il avait besoin de lui. Qu'il l'aide, qu'il le conseille, qu'il le corrige dans son impulsivité et sa bétise. Qu'il soit son grand frère, qu'il ne soit pas tout seul. Il n'arrivait pas à comprendre pourquoi tout devait se passer de cette manière. Pourquoi maintenant, pourquoi avec lui .... Pourquoi il était jaloux d'un homme dont il forcerait l'amour, et qui finirait sûrement par détester le fait qu'il soit vampire, détester sa folie.

« Je ne... Comprend plus rien. Pourquoi tout ça ? Pourquoi maintenant ?


Désolée du teeeeemps >_< Et de la longueur si minuscule. Doit de flagellation accorder =D" Et promis je serais mieux les prochaines fois x')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran A. Andrews

avatar

Messages : 60

MessageSujet: Re: Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]   Lun 7 Fév - 19:39

Pourquoi devait-il souffrir autant ? Pourquoi cette vie déjà écœurante devenait lentement étouffante et suffocante ? Elle lui donnait envie de vomir, de céder à ses propres démons, de les laisser gagner. Pourquoi devait-il se relever, quand son seul ami faisait partie de ceux qu’il évitait, de ceux qu’il ne pouvait plus voir. Pour ne pas le détruire, pour ne pas avoir à enterrer son frère, parce qu’il n’aurait jamais pu le supporter. Il aimait trop son frère pour l’enterrer, il n’aurait pas le courage de continuer à vivre sans lui, alors il agissait ainsi, de façon égoïste selon tout le monde, mais il voulait juste protéger son frère. Pour qu’il vive. Pour que jamais il n’enterre encore quelqu’un.

Il savait parfaitement qu’il n’avait jamais su se défaire de sa culpabilité devant la mort de son Calice, il n’avait jamais su accepter qu’il n’y fût pour rien, qu’il avait fait tout son possible pour le sauver. Mais ce n’était pas assez, pas assez pour le sauver et ce constat-là le détruisait chaque fois un peu plus. Malgré la difficulté de vouloir protéger les siens, il l’avait fait, sur la tombe de ce jeune humain qu’il avait détruit, il avait fait cette promesse de ne jamais souffrir encore, et si pour cela il devait devenir le froid Prince de Glace, alors il le ferait.

Mais se séparer de son frère le tuait lentement, le faisant perdre volonté et attirance pour la vie. Son soutien, l’un des rares qui le voyait pas comme une fleur de glace, mais comme un frère, un ami. Mais il allait le blesser à rester si près de lui. Son âme sœur pourrait-elle comprendre cette relation fusionnelle, ce besoin constant ? Pourquoi devrait-elle s’adapter à leur comportement ? Pourquoi le forcer à regarder ce duo interagir en lui interdisant l’accès ? Kieran savait parfaitement que le cœur de son frère était assez grand pour les aimer, mais il ne voulait pas courir de risques. La vie de son frère était bien plus importante que leur relation, mais pouvait-il comprendre cette peur sourde que la Glace ressentait ?

Coup de poing dans le cœur, sensation que son frère ne faisait que le poignarder totalement, de le faire s’étouffer, suffoquer. Pourquoi le protéger s’il ne comprenait pas… S’il ne le comprenait pas. N’avait-il jamais perçu ces regrets qui étaient demeurés, ce sentiment de protection qui était tombé en poussière à la mort de son protégé, à la mort de son Calice. Avaient-ils évolué sur deux mondes si différents pour ne plus se connaitre ? Son frère le connaissait-il donc si peu, si mal ? Et c’était ça qui blessait, qui faisait si mal, affreusement mal. L’impression qui le poignardait dans le cœur, sans délicatesse, sans remord. L’impression d’avoir au final aucune importance pour celui qui comptait tant pour lui.

« Tu le penses vraiment, Kestia ? »

Son prénom. Pas ce surnom que seul son frère utilisait, pas ce ton doux qu’il avait, mais une froide distance qu’il commençait à mettre, pour ne pas que le masque se fissure, pour ne pas craquer, ne pas tomber d’encore plus haut. Pour que la chute fasse moins mal, que la déception soit moins grande. Parce qu’il avait pensé que son frère aurait compris qu’il portait un masque devant les autres, que cette froideur n’était qu’une protection… Futile pour la plupart, mais il ne voulait pas souffrir encore. Surtout pas à cause d’un manque de compréhension de son frère. Comment avait-il fait pour être si stupide, pour ne pas voir que son frère ne le comprenait pas au final.

« Tu crois vraiment que je t’ai laissé pour devenir une vulgaire âme sans sentiment ? Que tu ne mérites pas mon amour, tu crois réellement ça, Kestia Aliséa Andrews ! Me connais-tu au final si peu et si mal ? »

Fureur, douleur, envie de laisser les doutes gagner. Pourquoi se débattre contre son frère ? Pourquoi chercher à se justifier. Ca ne méritait même pas la peine. Il ne comprendrait pas, il ne voudrait pas comprendre… Ne pourrait pas, ou n’importe quelle autre excuse. Douleur, envie de fuir, de détruire pour toujours ce passé, cette relation. Pourquoi avoir un cœur si s’était pour souffrir autant ? Pourquoi ressentir autant de tristesse, quand rien ne la calmerait, quand le masque se fissurait lentement, pour laisser un vampire en proie à la tourmente. Non, cela ne valait pas la peine.

Regard perdu dans le vague, larmes retenues, pourquoi avait-il à ce point envie de craquer, de se laisser aller aux pleurs d’un enfant, pleurs qui ne soulageraient pas son âme perdu. Il était seul… Définitivement. Il devait tenir encore un peu, jusqu’au départ de son frère, après… après il pourrait s’effondrer. Mais maintenant, il devait encore garder ce masque fissuré. Juste tenir encore un peu.

« Pense ce que tu veux, ce n’est plus mon problème. »

Ton froid, cruel, sans pitié. Paroles lancées sans remord. Qu’il pense ce qu’il veut, ce n’était plus son problème, son souci, il rendait les armes. Un regard sur le violon, le Vampire retint un soupir de lassitude. Jouer… Pour oublier son cœur qui mourrait lentement, cette volonté qui s’endormirait tranquillement. Plus jamais… Plus jamais on ne l’approcherait, plus jamais il ne laisserait une âme s’approcher de lui. On en souffrait trop. Beaucoup trop. Même ceux qui disaient nous comprendre ne faisait que mentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]   Mer 17 Aoû - 13:34

[ 6 Mois après ^^" Quelle honte. Toutes mes excuses. La tournure du sujet m'avait réellement bloqué, puisque j'avais déjà jouer ce sujet avec l'ancienne joueuse, donc cela me perturbait grandement ce fossé entre ces deux versions totalement différente x') Et j'ai pleuré naaaan de dieu èé ! Bref, j'espère que ma réponse te conviendra, à toi et ton personnage. J'veux pas qu'ils se sépaaaaareuuuh i_i ]


Je le fixais sans rien dire. Je n'osais même plus bouger, et seul mes mains tremblaient. J'avais peur, si peur lorsqu'il se comportait ainsi. Comme si une brise de vent aurait pu me détruire, un simple contact avec la vie réelle. Mon visage se déforma légèrement sous la vague de douleur et de larme qui vint glisser sur mes joues. Je le fixais, cet homme, ce grand homme qui allait succéder à notre Père. Cet homme qui était mon frère que j'aimais tellement, et qui s'éloignait toujours un peu plus vite, sans que je ne sache trouver les mots, arriver à tendre la main pour le garder à mes côtés.

Ce n'était plus son problème, pourtant... Je n'avais pas envie que cela se finisse ainsi, je n'avais pas envie qu'il me tourne le dos jusqu'à la nuit des temps, je n'avais pas envie de perdre mon frère qui était et est tout pour moi... La vue brouillé, j'observais sa crinière d'or avant d'ouvrir doucement mes lippes pour souffler quelques paroles :

« Aliséa... Je t'en prie. »

Doucement, Prince déchu et perdu que j'étais bougea. Je m'approchais de lui pour peut-être poser ma main sur son épaule. Mais j'eus peur qu'il me repousse, j'eus peur qu'il m'écarte de lui et me demande de ne plus le toucher... Pourtant, Dieu que j'avais besoin de lui, de son étreinte protectrice... J'avais grandit loin de la tendresse d'un peur, dans la jalousie puisque Alexander avait toujours aimé, chérit et préféré Alésia... Mais pourtant, c'était cette tendresse là que j'aimais chez nous, dont j'avais besoin, plus que jamais.

Bien sûr que j'avais conscience de lui faire mal, mais je n'étais pas si adroit que lui, et j'étais trop impulsif pour peser mes mots avant de les éclater à son visage. Bien sûr que je connaissais son passé et ce qu'il avait fait, oh... Peut-être même que je savais au fond ce qu'il désirait, et j'avais aussi sûrement l'envie qu'il le fasse, qu'il me libère de ce démon qui me tuais à feu doux et m'arrachais les ailes. Mais j'avais besoin de lui, de son amour, j'avais besoin de mon unique frère, l'homme de ma vie.

« Alésia, je t'aime ! Je t'en prie ne fais pas ca... Je... Je préfère mourir que te perdre ! »

Et Dieu seul savait combien c'était la vérité. Nous avions toujours étés liés comme les doigts de la main, comme des frères, des meilleurs amis, des confidents, et même des amants. Je t'adore, je t'aimais, tout comme je pouvais te détester de nous faire endurer cela. Peut-être étais-je tout simplement devenu fou d'envisager de telles choses, mais je savais que je ne pourrais pas vivre sans toi. Tu avais été mon Unique amour, mon éternel frère depuis si longtemps. Ces six derniers mois m'ont été affreux, horrible, déchirant... Je n'avais pas envie que tu me tournes le dos ! Je n'avais pas envie que tout se finisse... Je veux continuer à écrire des pages avec toi...

« ALESIA ! REGARDES-MOI ! »

Un cri, un appel au secours, un souhait, un ordre, une promesse peut-être.... Pourtant cette voix que j'entendais, qui était mienne, se brisait sous des sanglots silencieux qui me déchirait de part en part. Cette fois-ci, adieu peur, je vint accrocher ses vêtements, cette chemise, ou que sais-je d'autre, tout me semblait brouiller...

Oh, dieu que je pouvais faire pitié... Tu allais peut-être me traité d'insecte, me dire que je faisais honte, que je n'étais rien, si peu face au reste... Que ma vie t'importais peu... J'avais peur. Mais lorsque tu as perdu ton calice, toi aussi tu pleurais, tu hurlais et tentait de t'arracher ton coeur, avant de te murer dans ta froideur... Pourtant j'étais là, je t'ai aimé pour deux, j'ai tout fait pour tenter de te faire sourire de nouveau... J'avais été là, même si je savais que tu me taisais tes sombres idées, tes folles pensées... Mais je n'ai pas peur de ta folie, ni même de ta jalousie, et de ton égoïsme... Je les aime, je t'aime tout entier... ! Et ca tu le sais pertinemment... Comme si je pouvais t'en vouloir si tu tuais mon âme soeur, si tu tuais mes calices, si tu me tuais moi...

« Ne nous condamnes pas tous les deux... Je ne veux pas que tu sois si malheureux... Je ne veux pas te perdre, Alésia... »

Je serrais ce tissu entre mes doigts, je ne voulais pas que tu m'échappes, je ne voulais pas que tu partes, que tu me laisses, que tu fuis cette atroce réalité. Je voulais que tu restes, que nous soyons tous les deux, que tu prennes dans mes bras... Même si c'était pour me poignarder dans le dos l'instant d'après. Oh Alésia, je t'en prie ouvre les yeux. Notre éternité n'est faite que de folie et de tristesse, la bonheur ne tient à qu'à nous... Attends un peu avant de me détruire... J'ai besoin de toi. Tu as besoin de moi, je le sais. Mon Prince, réveilles-toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran A. Andrews

avatar

Messages : 60

MessageSujet: Re: Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]   Dim 9 Oct - 20:45

Il existe parfois des moments où la lassitude envahit tout notre être, nous forçant à devenir un vague pantin entre les mains d'une entité. Comme si ce n'était plus nous aux commandes de notre corps, juste un autre qui s'en occupe, pendant que notre esprit s'éloigne lentement, de façon imperceptible. Pendant que nous dérivons lentement, vers un monde inaccessible pour tout autre personne. C'était vaguement l'impression qu'il avait en ce moment, l'impression d'avoir tout envie de délaisser, de ne plus être ce fils héritier, ce frère, ce prince de glace. Une envie d'être un enfant, ce gamin qu'il n'a jamais été, ne sera jamais. L'envie de s'effondrer, de pleurer, comme un enfant le saisissait, l'emprisonnait lentement.

Si seulement il pouvait le faire, sans honte, sans remord. Mais il n'allait pas le faire, sans quoi il ne se relèverait pas. Aurait-il seulement envie de se relever encore une fois ? Il avait envie de retourner sur Paris, de retourner sur une tombe qu'il entretenait toujours. Jehan avait toujours aimé cette grande ville, aussi le Vampire avait choisi de le laisser reposer là-bas. Il se rendait parfois sur sa tombe, surtout ces derniers temps. Mais au lieu d'y trouver un quelconque réconfort, il ne se sentait que plus triste, plus nostalgique. Comme si se trouver devant cette tombe n'allégeait pas sa peine. Comme si jamais son Calice ne lui pardonnerait de l'avoir détruit. Comme si les années n'étaient que neige au soleil, ne laissant que la culpabilité l'envahir constamment. Saurait-il seulement se pardonner d'avoir échoué à protéger son jeune Calice ? Saurait-il accepter qu'il n'était pas totalement fautif, qu'il ne pouvait pas prévoir que ces événements se produiraient, que son Calice se détruirait de l'intérieur, l'empêchant de l'aider.

Le regard sur le lointain, le Jumeau de Glace ne semblait même plus prêté attention à son frère, perdu dans ses propres pensées, retrouvant Dames Mélancolie, Tristesse et Chagrin. Retrouvant ces éternelles compagnes, qui observaient en silence son trajet dans la vie, l'accompagnant souvent. Les supplices de son Jumeau n'atteignaient pas ce monde, restant des demandes non-entendues. Des murmures, des bruits qu'un esprit moins perdus auraient écoutés. Mais avait-il seulement envie d'écouter ces mots ? Voulait-il seulement y prêter attention ? Pourtant, malgré tout, il les entendait, à défaut de les écouter avec attention.

Murmures qui l'effrayaient, qui lui donnaient envie de baver, avec force et cruauté son frère. S'entendait-il parler ? Kestia pensait-il vraiment que lui, Kieran, valait la peine qu'on meurt pour lui ? Valait-il la peine de reproduire ce qui s'était passé, un siècle plus tôt ? Licha méritait de vivre, pas de mourir pour un sombre idiot, pour un égoïste qui n'aimait pas la vie. Pourquoi s'attachait-il autant à lui, le Prince de Glace ? Pourquoi n'oubliait-il pas son frère, pour vivre tranquillement, loin de cette mélancolie dévastratrice, loin de cette froideur ? Il n'apporterait rien de bon à Aliséa.

Un cri, des pleurs, sa chemise qui s'humidifiait lentement, tandis que son jumeau pleurait contre lui. Enfant fragile, qui avait besoin de son frère. Sans un murmure, sans un bruit autre que le bruissement du tissu de sa chemise, il enlaça avec tendresse son frère. Il n'aimait pas voir des larmes sur le visage de son jumeau, il n'aimait pas le savoir triste, encore moins quand c'était de sa faute. Mais pourquoi n'avait-il pas pris sa liberté ? Il la méritait, il ne devait pas rester accrocher à lui. Cela le détruirait tôt ou tard. Kieran en avait peur. Il savait combien sa mère l'avait mise en garde face à leur relation trop fusionnelle, trop profonde pour que les autres comprennent. Mais jusqu'à maintenant, il n'y avait pas fait attention. Jusqu'à ces six mois, il n'avait pas voulu comprendre les mots de sa mère. Cette relation les tuerait lentement.

« Idiot. Pourquoi n'as-tu pas pris ta liberté ? Pourquoi restes-tu prisonnier de ce lien qui nous unis, qui finira par nous tuer si nous n'y faisons pas attention ? Tu mérites de vivre, pas de mourir pour un égocentrique. Tu dois vivre, promets-le moi. »

Vis, vis pour nous deux. Représente la vie des jumeaux des Andrews, là où Kieran ne représentait que Glace, Froideur et Mort. Soit la Vie, ne meurs pas pour un idiot de frère qui ne comprendrait pas ton sacrifice, qui se laisserait emporter par la mort. Sans toi en vie, Kieran se laisserait détruire. S'il est en vie, c'est pour toi, mais tu le sais, n'est-ce pas ? Qu'il ne vit que pour toi, pour te faire plaisir ? Qu'il ne veut pas que tu le rejoignes dans ce monde d'ombre et de noirceur. Tu ne mérites pas cette vie. Il ne te mérite pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une jalousie mal placée ou une protection mal vécue... [PV Licha]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» protection d'hivernage essais
» Plaidoyer pour la protection de l'environnement.
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant
» [ Protection Rapprochée ] PV
» Operations de protection du Morne l'Hopital

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For A Dream :: •• EUROPE :: ♠ M . O . N . T . . S . T . . M . I . C . H . E . L :: Les Rochers & Bordures de Mer ◄-
Sauter vers: