AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Enfers & Damnation
Une nouvelle intrigue : Une maladie, un virus, bien étrange ravage la communautés des vampires.
Fièvre, Hallucinations, Vomissements, Coma, Soif de Sang, Sautes d'Humeurs, ... sont au Rendez-vous.

Nous avons une surpopulation de vampires ~ Tentez de favoriser les humains, ou bien la Damnés Ahmès & Akai Yume

Partagez | 
 

 Et si je cessais d'y penser ? [Ketsia ♥]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sebastian C. Nickleson
° { White Rabbit
avatar

Messages : 46

MessageSujet: Et si je cessais d'y penser ? [Ketsia ♥]   Ven 25 Juin - 15:43

Un jour normal. Enfin, presque. Il fait soleil, les oiseaux chantent, une légère brise fraîche... Un paradis. Sebastian s'était levé tout souriant. Malgré les choses qui s'étaient passées la veille. Il s'était coiffé, vêtu, chaussé. Aussi vite qu'il le pouvait, comme il en avait l'habitude. Tout ça pour aller à l'Église.

Hier, il ne s'était pas passé grand-chose en réalité. Mis à part que son prince n'était plus comme d'habitude. Le fait qu'il se fasse violent par moment, qu'il ait des sautes d'humeur. Ça ne lui plaisait pas. Lui qui est si doux habituellement, si affectueux... non vraiment, ce n'était pas normal. Ketsia avait bu (où manger) quelque chose de pas frais ? En tout cas, ce qui était clair, c'était qu'il n'était pas normal. Bah, comment pouvait-il l'expliquer après tout ? Il n'était ni dans sa tête, ni un médecin. Et ce n'était encore moins un vampire. Donc pour un humain comme Seb, c'était inexplicable. Mais depuis quelque temps, il s'inquiétait de ça. C'était d'autant plus bizarre puisque lui-même allait mieux en ce moment. Mais... merde, il se passait quoi à la fin ? L'ignorance... c'est trop barbant.

Dehors, Sebastian s'étirait. Souriant, même si c'était un peu forcé. Enfin remarque, il avait l'habitude de sourire de toute manière, en colère, malheureux ou heureux. Où était la différence ? L'Église, elle n'était pas bien loin du château. D'ailleurs, ce n'est pas elle qui allait bouger pour lui compliquer la tâche. Lui, il n'était pas vraiment croyant. Mais il désirait des réponses. Et il pensait que c'était mieux d'aller chez Dieu au lieu de se demander les choses soi-même. D'ailleurs, le plus souvent ça ne marche pas de se poser soit même des questions. C'est comme se poser la question « j'ai faim ? ». On ne le sait pas vraiment en fait lorsque notre ventre ne gargouille pas. Et là, il voulait savoir si Ketsia était malade ou s'il avait eu un problème quelconque qui l'aurait mis gravement en rogne. C'est comme s'il allait éclater un mur, c'est comme s'il allait jeter quelqu'un par la fenêtre dès qu'il était tellement énerver. Il voulait revoir le prince normal, pas celui qui perd ses moyens.

Là, devant lui se trouvait l'Église. Il y était enfin arriver avec quelques minutes de marches. Cette Église de style gothique, il n'y allait pas souvent. Non, en fait Sebastian n'y allait pas du tout. Peut-être parce qu'il n'a jamais besoin d'y aller en réalité. Et puis bon, il n'a pas vraiment besoin d'y aller, il ne se pose pas mille et cent questions. Et la plupart du temps il s'en fichait royalement. Les vitraux étaient drôlement beau vu de près en fait. Mieux que l'Église toute entière. C'était vraiment sublime. De quoi cela avait l'air dedans ? Il déglutit. Sebastian n'osait pas vraiment rentrer. D'un, il ne savait pas comment s'y prendre. De deux, il était impressionné. Par quoi ? Par la grandeur de la bâtisse, par sa beauté et par le mystère de son intérieur qu'il n'avait jamais vu. Ce n'était pas lui qui s'occupait de l'Église. Le domestique avait l'impression qu'elle le regardait de haut. Qu'elle lui disait de ne pas rentrer. Mais il devait s'y forcer c'est tout.

Poussant les deux grandes portes, non sans avoir peur qu'il y ait quelqu'un ou qu'il se fasse crier dessus. Elles étaient assez lourdes, mais facile a poussé. Le bois, ce n'est pas très très lourd. Enfin... si en fait. La splendeur du dedans était encore mieux que celle du dehors. Les statues des saints et tout au fond, le Christ et la Vierge. Les vitraux laissaient passer la lumière. Colorée à cause des carreaux. Sebastian en oublia de regarder dans le périmètre s'il y avait quelqu'un. Mais de toute façon, on n'entendait rien n'est-ce pas ? Pourquoi y aurait-il quelqu'un ? Bon, c'est vrai, dans une Église, il faut être silencieux pour prier Dieu. C'est vrai qu'il faut respecter le bien-être de cet endroit. D'ailleurs, c'était dur pour Sebastian de ne pas s'exprimer d'un « wahou ». Le bruit de ses pieds résonna dans l'unique pièce. Il s'avançait vers la statue de loin qui avait l'air si petite et de près, qui était si imposante. Ce n'est rien, faut que je me calme. Je n'ai pas l'habitude c'est tout. Arriver devant les marches -et devant la statue- il s'agenouilla et joignis ses mains ensemble pour les placer en dessous de son menton d'abord. Rougissant bêtement alors qu'il n'y avait personne, il prit la parole.

« Bon, excusez-moi... je ne sais pas m'y prendre du tout, murmura-t-il. Je ne suis jamais venu... »

C'était normal de parler à Dieu. C'était bête de parler seul. Et c'est ce dernier sentiment qu'il avait. Il se sentait bête et avait une folle envie de partir en courant. Mais il était bien au silence et avec cette odeur douce qui avait dans cette Église. Cette odeur d'ancienneté.

Le domestique baissa sa tête pour voir ses genoux puis ses mains se collèrent à son front automatiquement.

« Il se passe des choses bizarres, vous savez ? Le prince... Ketsia. Je ne comprends pas ce qu'il lui arrive. Lui d'habitude si calme et doux, il se met à grogner comme un animal,dit-il d'une voix tremblotante. Il me fait peur parfois... C'est à se demander s'il n'est pas malade. Vous, le tout puissant, vous avez une idée... de ce qu'il se passe ici ? »

Il inspira une grande goulée d'air. Cette histoire le contrariait. Tellement qu'il essayait le plus souvent possible d'éviter le prince en ce moment. Sa tête resta baissée, mais ses mains jointes venait de se détacher et de retomber à terre contre les jambes de Sebastian. Disons que pour une fois, il ne se sentait vraiment pas bien vis-à-vis de tout ça. Comme s'il n'avait pas la réponse il allait en mourir. Mais tout ça ressemblait à une maladie. Et si c'était tout simplement ça ? Comment le savoir... Le domestique soupira, chose qui résonna dans la pièce. S'il y avait quelqu'un, il saura directement que Seb était ici. Mais... aucun soucis de ce côté. N'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Et si je cessais d'y penser ? [Ketsia ♥]   Dim 27 Juin - 19:44

Ses iris de vermeille dévoraient la Mer qui entouraient l'ilot. Antre de créatures surnaturelles, d'une civilisation étrange et décadente. Peuple nocturne et sanguinaire que Ketsia voulait soudainement rejoindre. Atteins de terribles maux, la folie l'habitaient de plus en plus. Tantôt inerte, sombrant dans les ténèbres, tantôt faible et vomissant du sang, tantôt fou d'une envie monstrueuse de sang. Ses hallucinations restaient les plus horribles. Croire que son âme soeur l'abandonnait ou mourrait entre ses griffes. Quoi de plus horrible que de mourir pour un mensonge ? Il était devenu dingue la veille. Il avait enflammée la moitié des rideaux du Château alors qu'il s'était mis à hurler comme si il était pris par les brasier des Enfers.

Son esprit était fatigué. Son corps aussi. Il aurait beau se nourrir de sang d'animaux frais, plus il lui en fallait pour pouvoir garder sa tête. Il était la,s il était mort. Voilà trois semaines qu'il combattait cette maladie. Tant et si bien que son côté humain avait totalement disparu. Ne redevenant que la puissance de sa race : Prince Vampire. Prince Aliséa. Ce personnage aux longs cheveux d'or blanc. Aux yeux couleur sang. Surplombé de belles cernes sombres... A la peau si pâle.

Aliséa était bel et bien malade. Si d'autres vampires tombaient les uns après les autres, lui semblait s'affaiblir de jour en jour. Il avait beau penser aux êtres chers qui tenaient à lui, à son âme-soeur, il n'arrivait pas à vaincre. il sentait le flot de sa vie le quitter petit à petit.

Le Prince commençait à avoir peur. Créature des Ténèbres, Démon de Dieu. Arpentant la lisière de la mort toute son éternité durant. Il était honteux de se dire qu'il avait bel et bien peur de la Faucheuse. Il décidait donc de se rapprocher de Dieu, une fois de plus. Aliséa était croyant. Il était une créature de Dieu. Ils étaient la preuve que cet être supérieure existait.

Il arrivait doucement dans L'Eglise. Lorsqu'il vit l'humain, il se dit que respirer serait alors une mauvaise idée. Il était habillé d'un kimono blanc, histoire que sa pâleur ne ressorte pas trop. Et ses longs cheveux d'un blond si clair qu'ils en étaient blanc, tombaient en cascades sur ses épaules, son dos - chose qu'il ne faisait jamais d'habitude - et il s'approcha silencieusement.

Il sourit en entendant les paroles de son domestique, et s'arrêta derrière lui. Il posa sa main sur son épaule doucement. Il s'éloigna allant trempée ses doigts dans l'eau bénite et en mettre quelques gouttes sur son front. Puis il revint vers l'humain, il s'agenouilla à côté de lui, après avoir déplacé quelques pans des longs tissu qu'il portait.


« Une maladie est né dans mon monde. Elle ravage nos frères, et fait succomber nos fils les plus faibles. Et elle me consume de l'intérieur. » [/b]

[i]Il sourit faiblement, tandis qu'il posa ses mains sur ses propres cuisses, regardant la statue. Puis il joint ses mains doucement et ferma les yeux. priant en vieux latin.



Super court, désolé T_T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebastian C. Nickleson
° { White Rabbit
avatar

Messages : 46

MessageSujet: Re: Et si je cessais d'y penser ? [Ketsia ♥]   Dim 27 Juin - 20:26

    Sebastian n'avait décidément pas senti la présence d'une autre personne ici. C'était normal pour en humain. Et puis, le fait qu'il priait et qu'il était super concentré la dessus n'était pas avantageux. Ce n'est qu'en sentant la main pâle - qu'il reconnu comme celle de Ketsia - qu'il su qu'il n'était plus seul. Il paniqua légèrement, ayant peur qu'il se retourne contre lui. Pas jusqu'à lui donner une gifle, c'est trop dire. Enfin, de toute manière en sa présence maintenant il était souvent paniqué ou stressé. Mais sa main avait été posée doucement, comme s'il était redevenu lui-même. Donc, pour le moment ça lui allait. Sebastian le suivi des yeux. Faire tous ses mouvements. Tremper ses mains dans le bénitier et les emmené à son front. Il regardait tout. Pour ne rien louper. Le revoyant aller vers lui il tourna la tête à l'opposer et il eut un soupir pour tenter de calmer son coeur affolé. Il s'était agenouillé près de lui rien que pour un moment certainement. Le domestique écouta le prince s'exprimer de sa voix douce et velouté qu'il aimait tant.

    « Une maladie est né dans mon monde. Elle ravage nos frères, et fait succomber nos fils les plus faibles. Et elle me consume de l'intérieur. »

    Sa tête tournée se remit droite regardant d'abord la statue puis il tourna celle-ci vers Ketsia. Avec des yeux inquiets. Comme si le monde venait de s'effondrer devant lui. Alors... il était bien malade. Et pas que lui qui plus est. Pratiquement tous les vampires. C'était une catastrophe. Comment le reste allait-il se passer ? Est-ce grave ? Que de questions qui venaient dans sa tête qu'il n'osait pas poser de peur de le déranger dans sa prière d'abord. Et de paraître indiscret. La gorge du domestique se serra. Vraiment, depuis le temps qu'il était ici, il ne voulait pas qu'il arrive quelque chose comme cela à Ketsia. Son prince, celui qu'il admire. Sa tête se baissa d'autant plus, ses cheveux cachant ses yeux écarquillés et il déjoignis ses mains qui retombèrent contre son corps. Bouleversé. Oui, c'est ça. Il l'était énormément. Et puis, il avait eu si peur que le soulagement que ce ne soit qu'une maladie ne fit rien du tout.

    « Est-ce… Est-ce grave ? Ça… Est-ce que ça se soigne ? »

    Une forte envie de pleurer et de hurler ce qu'il pensait. Mais Sebastian n'en fit rien et se contenta de rester bouche bée juste après avoir fini de parler. Ketsia sentirais sûrement sa contrariété et son coeur s'emballer. Après tout, un vampire sent ce genre de choses. En tout cas, il avait réussi à formulé une question, lui qui avait peur de l'embêter dans ses prières. Mais il avait un énorme besoin de savoir. Évitons la crise cardiaque de la part du papillon bleu. Se serait dommage de le perdre si facilement ! Et puis, elle était mortelle ? Cette maladie là... qui atteint tous les vampires. Franchement, Sebastian espérait que non. Ketsia était quelqu'un d'important. Il ne devait pas mourir comme ça. C'est inadmissible. Il était en détresse totale. Être un humain c'est pas la joie. Mais il aurait parié qu'un vampire aurait bien aimé être à la place d'un humain en ce moment même. Lui, il aurait bien aimé donner son corps à Ketsia, juste pour qu'il soit soulagé un moment de cette maladie ravageuse. Oui, il aurait aimé souffrir à sa place. C'est la moindre des choses pour un domestique. Ah... la statue là, il aurait bien aimé écraser sa tête dessus. Juste pour se dé-stresser. Pour se soulager. Respirer. Autant qu'il le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Et si je cessais d'y penser ? [Ketsia ♥]   Mar 31 Aoû - 13:33

[ Tu as le droit de me tuer pour ce temps affreux de réponse x') ]


Le Prince laissa le doute s'installer : ce fin morceau de flanelle qui caressait leur corps, ne laissant plus rien d'autre à part ses douces prières latines, dans un murmure d'ange déchu. Comme si soudainement il avait décidé de renier son fils, d'ignorer les questions de l'humain. Pourtant ce n'était guère le cas. Il finissait sa pière avant de pouvoir lui compter l'horreur de la chose.

Ses supplications pour cette entité supérieure qui leur avait voué une vie de vice et de sang prirent fin sur une douce et audible parole en hébreu. Cet ainsi soit-il qui resona dans la nef :


« Amen. »

Ce ne fut qu'alors, que le Prince tourna la tête vers le jeune homme. Il entendait son coeur battre, et ses émotions s'enchaîner. mais la faiblesse de son corps et de son esprit l'empêchait de toutes bien les discerner. Si ce n'est cette grande tendresse envers sa propre personne, qu'il n'avait jamais remarqué.

Il leva la main doucement et effleura la crinière sombre de son domestique. Douce et lente caresse câline, comme pour le réconforter. Doucement il le prit presque dans ces bras : puisque à ces yeux Sebastian n'était qu'un enfant. L'un de ces jeunes adultes qui s'étaient perdus dans un monde qui ne leur appartenait pas. Et sa naïveté et sa gentillesse, sa noblesse d'âme le faisaient souvent sourire. Il aimait


« .... Grave... Je dirais que oui. Un caïnite est censé être insensible à toutes vos maladies... C'est étrange et risible ne trouves-tu pas ? »

Il eût un léger rire. Il était cynique et ironique, oui. Mais il était surtout las de toute cette vie. Alors qu'il avait enfin obtenu ce qu'il avait désiré très fort pendant sept mois - son âme soeur - et qu'il l'avait à présent fait sien ... Il allait lui offrir la mort. Parce que le Prince qu'il était, était justement incapable de résister à la tentation, au charme de la faux de la Mort. Hélas....

Il garda l'enfant dans ses bras, et eût un léger sourire amusé.


« Et je ne sais pas si cela se soigne. Je l'espère, vois-tu. »

Il se redressa doucement, après avoir déposé un doux et tendre baiser sur la tempe de Sebastian. Avant de prendre son temps pour se redresser et de se lever. Il s'humecta les lèvres, elles qui étaient si sèches. Qui avaient perdues leur adorable teintes rosées. Son regard se porta sur les hauts vitraux. Le soleil percés à travers. Il avait alors une soudaine envie d'aller dehors : sentir la caresse du vent et les baisers du Soleil sur sa peau. Profiter de la nature quelques minutes avant que le Soleil brûle sa peau et le détruise : le Soleil était devenu son ennemi depuis... Qu'il était malade. Il posa alors ses yeux sanguins sur lui. Aliséa n'était pas aussi rassurant que Ketsia, avouons-le.

« M'offres-tu le plaisir de m'accompagner dans une courte promenade ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si je cessais d'y penser ? [Ketsia ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si je cessais d'y penser ? [Ketsia ♥]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For A Dream :: •• EUROPE :: ♠ M . O . N . T . . S . T . . M . I . C . H . E . L :: ► L'Eglise & Son Abbaye-
Sauter vers: