AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Enfers & Damnation
Une nouvelle intrigue : Une maladie, un virus, bien étrange ravage la communautés des vampires.
Fièvre, Hallucinations, Vomissements, Coma, Soif de Sang, Sautes d'Humeurs, ... sont au Rendez-vous.

Nous avons une surpopulation de vampires ~ Tentez de favoriser les humains, ou bien la Damnés Ahmès & Akai Yume

Partagez | 
 

 Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   Jeu 13 Mai - 15:14

Soupire.

Dans une chambre luxueuse aux grandes fenêtre cachées par des rideaux clos, un petit garçonnet aux cheveux d’un blond divin soupire sur ses draps aux milles couleurs. Surgit son reflet se met debout sur le lit à baldaquin en lançant des plaintes :


« Quand est-ce qu’il arrive ! J’ai faim j’ai faim j’ai faim ! »

~ Tu n’as pas réellement faim, tu est juste impatient de t’empiffrer de pâtes d’amandes et de gelée ~
~ Ça va ! J’ai le droit d’avoir envie de manger autre chose que de ton hémoglobine concentrée je te signale ! ~
~ Idiot … ~
~ Moi aussi je t’aime Lucas ! Grr ! ~

Le gamin criard se laisse tomber sur les draps et se met à rêvasser en même temps que son autre. Ils pensent tout deux à des choses différentes : leur deux pensées s’entremêlent, leur idées se mélangent, leur rêve est double et uni. Le petit Oz se relève brusquement, Nox s’empresse de le suivre.


~ Oui, peut-être que jouer aux cartes … ~
~Jouons aux cartes. Et si dans dix minutes il n’est pas là, on sort et ont va réclamer notre dessert. ~
L’un se dirigea vers le tiroir, l’autre s’assit sur une chaise. Dehors, il faisait chaud, mais trop de soleil. Ils ne pouvaient pas aller dehors. Leur peau brûleraient lentement et ils se retrouveraient le lendemain avec des cloques immonde sur le visage. Jules, en tenant le rebord de la chaise et ayant un œil dans l’ouverture du rideau, regarda la manière dont il était vêtu. Pour une fois, le Majordome s’était permis de leur laisser porter des vêtements moins contemporains ; une chemise avec un jabot finement découpé de couleur blanche, un pantacourt s’arrêtant au-dessus des genoux et la permission de porter les bagues certes de la famille Olsen. À peu de chose près, Lucas portait la même chose. Sauf que son jabot est de couleur plus grise.

~ J’aimerais un pet … Un level End. ~
~ On doit trouver deux nouveaux serviteurs. Après si on trouve un Level End sur le chemin, on en fera notre Pet. ~

Lucas amena les cartes sur la table et vida le paquet. Les rectangles de carton s'étalèrent avec peu de grâce sur le bois poli et verni, toutes emmêlées, tous retournées. D'inutiles objets. D'inutiles cartes.

~ C’est moi qui ferme les yeux ~
~ C’était déjà toi la dernière fois. ~
~ D’accord. ~

Le jeune humain à l’odeur de vampire monta sur la chaise et regarda les cartes de haut. Pendant ce temps, Jules ferma les yeux. Il se retrouva avec la vue de haut de Lucas, agita sa main pour la trouver, pour s’habituer à ce nouveau point de vu, puis commença à retourner les cartes. Au fur et à mesure, la main tremblante il réunis dans l’ordre les quatre familles de cartes. Les voilà triées. Jules rouvrit les yeux et Lucas pu enfin voir ce que voyait son frère. Avec autant d’imprévisibilité que toujours, Jules balaya la table pour faire s’envoler les cartes.

~ C’est bon. Je m’ennuie. Sortons les faire s’agiter. ~

Soudain la porte s'ouvrit alors que personne n'avait frappé. Ensemble, les deux enfants s'exclamèrent :

« C’est pas trop tôt ! Amenez vite ! »

Mais ce n'est ni un plateau couvert de désert de haut raffinement, ni un serviteur qui s'engouffrait dans la chambre. Il semblait y avoir une légère erreur. Oui, comme un goût d'erreur.


[seulement un peu plus de 500 mots, c'est pour débuter en douceur ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   Jeu 13 Mai - 16:31

Avez-vous laisser votre divine attention voguer sur les rumeurs horribles qui courrent dans les mondes des vampires ? ... Non ? Je vais vous dire tout alors. C'est une épidémie. Une hécatombe. De véritables enfers qui s'abattent sur la Terre. Des vampires. De splus insignifiants aux plus puissants qui tombent, les uns après les autres, dans les griffes d'une folie froide et mesquines. Une folie qui détraque leur faim, leur force. Un comportement diablement cyclothymique. Fièvre, Hallucinations, Vomissements, Coma, Soif de Sang, Sautes d'Humeurs, ... sont au Rendez-vous. Ces personnages sont sont tantôt incontrôlable les minutes passées, puis elles tombent subitement sur le sol, pour ne plus bouger pendant deux jours durant. Les médecins s'affolent, les clans s'inquiètent. Qui est à l'origine de tout cela ?

Personne ne le sait. Pourtant les plus végétarien d'entre eux ne semblaient pas être atteins. C'était alors période de mise au point et réglage de compte. Surtout lorsqu'on savait que la famille Andrews prônait tant ce régime alimentaire ! Et voir le Prince ! Vous savez ! Aliséa Andrews ! L'un des leurs, fils du Roi d'Europe, malade comme tant d'autres ! Mais bon. Il avait une excuse : il avait un calice.
Les Européens en étaient donc venus à la conclusion que le virus venaient des humains fort probablement, et s'attaquaient directement par le sang des vampires. Alors bon nombre de vampire dans tous les pays s'étaient mis à la diète... Mais rien ne s'arrangeaient. Bien au contraire.

Le Monde était secoué d'une vague de peur intense. Personne n'avaient de solution à ce problème assez inquiétant. Dieu se retournait enfin dans ses décisions ? Venant à condamner pour une dernière fois, ses propres créatures ? Humains en proie de malédiction ? Personne ne savait. Mais ce qu'ils voyaient c'était des vampires qui mourraient les uns après les autres.

Et ici même, dans sa noble chambre, un vampire agonisait. Tantôt il s'occupait comme il pouvait, ou hurlait pour qu'on le laisse sortir. Tantôt il était attaché à sonlit, pour ne pas encore attaqué une nouvelle personne. Aveuglée par de folles envies, il avait tout simplement perdus la tête.
Ce Prince aux longs cheveux d'ébène et aux yeux d'émeraudes s'étaient vu métamorphosé tout d'un seul coup à la plus grande crainte de ses pairs. Ses cheveux noirs n'étaient plus que de longues mèches blanches. Toujours aussi beau et soyeux. Et ses yeux d'un bleus clair, luisant de rouges lorsqu'il était habité d'une faim de meurtrier insatiable.

Le silence habitait le château. Mais pourtant il sentait la présence des autres. Et surtout d'un humain à l'odeur mélé de celui d'un humain. Un vampire et son calice ? Il n'en savait rien ... Mais cette odeur lui était alléchante. Il était bien courant que les très jeunes vampires n'avaient pas encore réellement cette aura propre au vampire. Et mélangée ainsi à celle de son frère... C'était bien suffisant pour donner au Prince malade des folles envies de sang.

Le Prince Aliséa qui était censé être sous surveillance, ne l'était pas. Ses pas étaient silencieux, comme si il ne venait jamais à toucher le sol. Ses années d'existence le rendait tellement plus puissant, rapide. Son aura de puissance et pour aujourd'hui pas tellement bonne, ébranlait le monde. Il ne la retenait pas - chose qui était apprise chez les nobles, comme étant une marque de respect. C'était comme demander à un mâle dominant de se soumettre. Aujourd'hui le mâle ne se soumettait pas, bien au contraire.

Il n'eût pas à toucher la porte pour que celle-ci s'ouvre. Il entra dans la pièce, et ses yeux d'un rouge translucide se posa sur les deux enfants. Son visage de glace, laissa s'inscrire sur ses lèvres un sourire sournois et intéressé. Sa chemise dont le col à jabot était ouverte était recouverte d'une longue veste noire digne des temps anciens, sertis des pierres et qui tombait jusqu'au sol. L'intérieur était d'un rouge pourpre.Il portait des gants blancs : interdiction de toucher qui que ce soit depuis qu'il avait faillit tué l'un de ses proches. Et il portait un pantalon sombre, recouvert de hautes bottes. Ses longs cheveux pâles contrastaient.


« A Table... Les Enfants. »

Il avait un sourire amusé et presque sadique. Un sourire qui laissa voir ses belles canines qui étaient déjà dehors sous l'envie brûlante.


[ La tenue dans le genre : Ici ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Re: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   Jeu 13 Mai - 17:23

Comme on se sent étrange lorsqu'on est soudain surpris par un vampire à l'aura de puissance aussi fort, aussi palpable que celle du prince ! Voilà deux petits enfants aux iris rouges sanguins qui, croyant au début de ce séjour seulement faire escale dans un îlot ennuyeux pour retourner en Norvège, se retrouvait à fixer avec angoisse et admiration à la fois cet hommes aux cheveux blancs et longs, au visage comme épuisé et pourtant si éclatant d'une beauté rare.

~ Le séjour risque d’être … ~
~ … Plus intéressant que prévu. ~

Les deux jumeaux, contre toutes attentes, sourirent. Ils fixaient avec des yeux heureux et pourtant interdits le grand homme.

~ Vampire ~
~ Il sent le vampire … Tu sens ? Il est plus vieux que le Roi ! ~
~ Je veux … ~
~ Moi aussi … ! ~

Il firent ensemble un pas vers le vampire en tremblant de peur et d’excitation.

« Nous n’avons plus faim.
Joue avec nous plutôt ! »


Jouer. Ils voulaient jouer. Ils voulaient voir comment était cet homme, cet homme si puissant, si beau, si impressionnant ! Lucas tremblait et se sentait irrémédiablement attiré vers lui. Et Par son intermédiaire, Jules l’était aussi. Comme quelque chose que votre corps, de lui-même, repousse et réclame. Et si la raison était une chose qui faisait partie du vocabulaire des jumeaux, peut-être aurait-ils envie de le fuir. S’ils étaient en âge d’être attiré par un autre corps que le leur, ils auraient sans doute le désir de frôler du doigt la créature quasi divine. Mais rien de tout cela ne les contrôlait. La seule chose qui avait un pouvoir sur eux était la folie. La folie et l’inconscience de deux enfants qui repoussent leurs limites pour se prouver à eux-mêmes qu’ils sont éternellement intouchables. Cette adrénaline, cette chose en eux qui repoussait leur état de gamins blasés, qui leur prouvait qu’ils étaient bien vivants.

Ils s’amusaient.

Ensemble, comme une personne et son reflet, parfaitement symétriques, ils se déplacèrent vers l’homme pour se mettre à ses côtés :
« Qui …
… Es-tu ? »


De leur français tinté de cet accent acquis avec toutes ces langues emmagasinées, avec toutes ces langues de l’Est, ce Russe, ce Serbe … Leur voix d’enfant, leur voix aigües, leur voix d’enfants innocent qui glisse vers un ton presque vicieux, avec ces visages de fous, d’enfants fous, souriants, les yeux déments d’une nouvelle envie.

« Que veux-tu ? »

Et sans attendre, sans même écouter leur instinct qui leur disait de s’éloigner de cet être définitivement différent d’eux, ils lui prirent chacun une manche pour le tirer vers la table, l’incitant à venir s’installer définitivement dans la pièce : hors de question de laisser s’ne aller un si beau spécimen ! Quitte à marcher sur les cartes, quitte à passer sur les sucreries … Tant pis ! Le monde pouvait bien sauter en Norvège et en Finlande, du moment qu’ils en découvraient plus sur lui.

S’ils savaient …

[encore très court gomen Y-Y]


Dernière édition par Jules & Lucas Olsen le Ven 21 Mai - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   Ven 21 Mai - 18:56

[ T'inquiètes ♥ ]


Maligne langue qui glissa sur ses lèvres rosées : tel le félin prédateur qu'il était, il s'humectait les lèvres. Il se léchait les babines tout en ayant déjà l'obscure imagination que celle de songer au goût qu'allait laisser le sang des enfants dans sa bouche. Leur deux odeurs mêlées laissaient présager un succulent repas. Sang d'humain, sang de cadavre. Il en aurait pour tous les goûts. Seulement, sa seule déception était que ces deux enfants étaient bien trop fins, trop maigres, trop petit pour étancher sa soif d'horreur, de grandeur, et de jeu.

Le vampire sentait la communion de leurs esprits, sans pour autant chercher à la briser, ou la décrypter. Le jeu n'était pas de cet état. Il les observait avec cet air narquois, alors que les deux autres semblaient partager encore leurs pensées.
L'un commençait la phrase, l'autre la finissait, et vice-versa, recto-verso, illico-presto. Une osmose quasiment parfaite. Une coordination de gestes et de pensée légèrement déconcertante. Ce fut dans un même élan, dans un même sentiment partagé qu'Aliséa se vit tirer plus loin dans la chambre. Des petites mains accrochées à ses manches. Et des tutoiements. Atteinte à sa condition de Sang pur. Atteinte à son rang, son âge et sa puissance. Il plissa légèrement les yeux, alors que tel un félin - qu'il était ♥️ - sa lèvre supérieure remonta un peu d'un réel mépris. Ses canines misent en évidence il siffla amèrement :


« Priiiiin-ce Ali-sé-aaa Aaan-drewssss.»

Il détacha chaque syllabes avec une agressivité étonnante. Même les plus jeunes des vampires, si ils sont un tant soit peu bien éduqué, n'importe qui connaissait les Andrews. Famille royale, et de sang pur. Famille qui était à la tête des Principautés de L'Europe entière. Aliséa... L'un des deux jumeaux. Histoire délicate quant à savoir qui prendrait la tête du Royaume ensuite ... Sûrement Alésia. Puisque son jumeau se montrait tellement impulsif et immature par moment. Mais il avait cruellement main mise sur son frère jumeau ... Haine et Amour. Sentiments vertigineux aux cadences insoutenables.

Il posa ses yeux de vermeil sur eux, et leva légèrement les doigts. Les deux frêles corps valsèrent contre le lit. Sur le matelas, contre les draps. Léger craquement du vieux bord du lit à baldaquins. D'un mouvement vif, rapide qui dégoulinait d'une grâce impériale et qui imposait le respect, il se retrouva debout sur le lit. Le pied sur la barre de bois du bord, la main accroché à l'une des barres verticales. Sa cascade d'étoiles luisantes s'était soulevé dans son mouvement. Alors qu'il reprenait la parole avec une voix diablement suave, qui était teintée d'un grand amusement. Et pas des plus saint.
Il y avait cette aura manipulatrice, tellement séduisante. Une aura magnétique et pourtant qui laissait aussi bien la peur & l'envie de cet être. L'aura d'un vampire : mais pas seulement. C'était l'essence même de ses dons que l'on ressentait là. Plus chez aucun autre vampire, vous vous retrouvez à affronter ce dilemme.


« Jadis, on tuait les impertinents qui osaient avoir la farouche fierté d'user de mots peu convenables à l'égard de leur interlocuteurs supérieurs. »

Il eût un petit ricanement sadique, alors qu'il tourna la tête vers elle, le regard empli d'une cruauté malicieuse. Un sourire presque tendre se glissa sur ses lèvres, alors que son regard glissa sur l'enfant. Pour l'autre. Comme si son regard les embrassaient. Cette impression d'avoir été intime pour recevoir un regard si intéressé. Des envies de sang, de torture, de jeux sanguinaires et sexuels qu'il ne semblait pas cacher : qu'il assumait totalement.

Il s'approcha d'eux, venant se mettre à quatre pattes. Son pouvoir les dominait : les empêchait de quitter le lit. Mais pourtant pas d'esquisser des mouvements de recul, ou le contraire. Ses ongles frôlèrent la mâchoire de l'humain, puis il s'humecta les lèvres, alors qu'il regarda le vampire.


« Faut-il vous ré-apprendre les règles élémentaires, très chers ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Re: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   Ven 21 Mai - 20:31

Ils tremblaient.

De crainte.

De plaisir.
Ce tours de magie les avait certes surpris, mais ils n'avaient pas poussé un cri, pas dit un mot. Le Prince Andrews ainsi. Le prince d'Europe était là, devant eux. C'était plus excitant encore que d'être en face du Roi, de leur Roi qui avait tout les droits sur eux, qui pouvait tout sans que personne ne puisse les défendre, sans que personne ne puisse les protéger, puisque c'était lui qui les protégeait. Ils étaient devant un vampire de plus de dix millénaires dont les actions pouvaient certes être répréhensibles, mais dont la puissance excuserait tout. Ils étaient sans défense contre un monstre de puissance, contre un monstre tout court peut-être.

Et ce sentiment était gratifiant.

Quelque chose d'étrange était maintenant présent. Une chose anormale. Une chose gênante. Une chose qui ne collait pas. Oui, alors que cet homme était dressé devant eux, ils n'écoutaient même(plus les menace. L'un était irrésistiblement attiré vers ce danger, vers cet aura de force, vers ce monstre de désirs interdits, vers l'interdit, vers la mort. Tandis que l'autre, le plus jeune et le plus fort des deux, ressentait en lui un instinct, un instinct que n'avait pas l'autre. Car cet instinct se plaçait bien au dessus de ce que le premier pouvait percevoir. Il était trop plongé dans ce mélange irrésistible qui émanait de l'être, du monstre, de la force.

Pas un monstre. Pas un être. Une force.

Cet instinct que l'un avait et l'autre pas, c'était celui de la survie. L'instinct de préservation.

Et ces deux choses se mélangeaient. Ces deux choses qui était comme l'eau et l'huile se confrontait dans leur esprit unique.

Le trouble.

Les règles, Les enfants ne connaissait pas. N'importait qu'eux. Eux uniquement.

Alors que l'autre se trouvait dominé par la merveille à la fois effrayante et sublime, l'autre coupa soudain la liaison. En un instant, il retrouva ses esprits et repris l'intégralité de ses moyens, alors que Lucas se trouva comme plongé dans un grand vides, les yeux grands ouverts, à la fois terriblement vide et rempli de son ressentit seul, de sa propre envie, de son propre désir d'inconnu et de violence. La place qu'occupait son frère se remplissait lentement de ces idées sans queue ni tête.

Trop lentement.


« Jules. »

Pour la première fois depuis un moment maintenant, ils se « parlaient ». L’interpellé lança un regard noir à son grand frère irresponsable et avide d’un défi qui dépassait leurs forces. Il s’approcha rapidement de son frère pour prendre son visage sans ses bras et se retint de grogner à l’égard du Prince d’Europe. Il le regarda simplement avec cette crainte à la fois suppliante et calme propres aux personnes qui ont toujours vécu comme s’il n’avaient jamais eu d’égal ou de supérieur, en serrant son frère contre son torse.

Lucas était à Lui.


« Sa seigneurie Andrews nous excusera je l’espère, mais nous aimons beaucoup les jeux. Nous serions tellement heureux et honorés que vous restiez avec nous …
- Jules ! »


Lucas ne le supportait plus. Il sentait cette partie de lui-même qui n’était plus là, cette partie vide de sa tête … C’était insoutenable. Et ça l’était d’autant plus pour son frère qui s’interdisait malgré l’horrible sensation de reprendre le contacte, par peur d’être incapable de résister à l’aura de puissance auquel il était déjà suffisamment sujet en tant qu’enfant vampire ; cumulé avec l’attirance que pouvait avoir un humain pour ce prince, c’était comme mettre une pancarte « bon appétit » sur leur torse et officialiser leur situation de jouer pour le vampire dont-ils étaient déjà suffisamment victime. Et ça, malgré l’envie qui le pressait de se laisser abattre par Alesia, il ne pouvait pas l’accepter.

Des excuses : c'était tout ce qu'il pouvait faire. Mais si le prince leur murmurait encore un seul mot, ils tomberaient tout les deux.


[ça se voit pas qu'il est malade ! à part les cheveux, il est comme d'habitude ! Toujours aussi pervers ! //SBAM//]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   Mar 22 Juin - 15:17

[Tu ne connais pas Ketsia =p ... ]


« Jou .... Er ... »

Restait à savoir qu'elle était la définition de ce verbe aux yeux de ces deux petits êtres chétifs. Il fallait que cela bouge, et plus vite que cela. Il avait besoin de divertissement, d'occupation. Il avait besoin d'os à briser, et entendre des côtes craquer. Doux sons lugubres qui auraient le délicieux don de le frémir d'envie. Encore, encore et toujours plus. C'était diablement bon !

Le Prince se redressa lentement, de cette grâce royale et impériale, tandis que ses yeux d'un carmin étincelant passa de l'un à l'autre. Presque songeur. A moins que cela ne soit que de la réflexion. Il s'humecta les lèvres doucement, puis échappa un petit
« Hum.» que nous avons l'habitude de qualifier de dédaigneux & atrocement hautain. Mais oui. Le Prince se sentait tellement plus supérieur à ses deux petits casse-croute.

Pour on ne sait quelle raison, le Prince inspira doucement. Chose qu'il n'aurait certainement pas dû faire, car sa gorge s'enflammait. Un nouveau brasier insoutenable lui pris la chair, et de l'intérieur il se consumait. Gorge et estomac si sec, si creux, si vide. Et il y avait là, en face de lui, de quoi calmer cette douleur atroce. Les flammes souillèrent son corps, et ce, à une vitesse folle.

Le vampire noble se pencha de nouveau, et il murmura à l'oreille du plus faible, terminant ses mots en face du visage du très jeune vampire :


« Soit. Vous allez me divertir. »

Petit murmure, qui s'était formulé avec un sourire amusé et séducteur sur les lèvres. Son aura était de plus en plus pénétrante, écrasante. Son don, l'intensifiait. La rendait d'un froid exemplaire, et saillante : manière à ce qu'elle se plante dans votre corps, et que vous la sentiez réellement. Puis se diffusait avec une rapidité écœurante ces envies de chair, de sang, de sexe. Une envie magnétique, et il en était le pôle aimant.
Si un vampire était capable de faire perdre la tête à un humain ... Le Prince était capable de faire perdre la tête à bien des vampires nobles, voir même de sang pur.

Alors que le temps semblait s'être suspendu à jamais, dans ces murmures lents, et ce jeux dangereux de séduction .... Quelque chose vint perturbé cette douceur glaciale.
Brusquement, des sortes de lianes métaliques jaillirent de sous le lit. Des lianes plates, des lames saillantes, des ficelles de métaux indestructibles. Des métaux fluides, et argentés, qui brillaient.

Le Prince échappa un petit rire sadique, tandis que ses lianes, rapides comme l'éclair, ne laissèrent pas le temps aux deux enfants de réagir assez vite. Elles se mouvaient à la guise du Fou, et les séparèrent. Une dizaine s'emparèrent de chacun des corps. Et plus ils se débattaient, plus elles renforçaient leur prise. Et leurs côtés tranchant n'attendaient que cela : abîmer leurs chairs. Répendre leurs fluide vital qui étaient fait devenir réellement dingue le plus vieux.

Le plus vieux ? Celui qui avait perdu toute raison, et toute conscience. Celui dont le corps ne demandaient que cela. Du sang ! Il allait exaucer son envie sur le champ !




[ Lorsque tu le jugeras utile, Erik viendra te sauver ♥ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Re: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   Jeu 24 Juin - 14:19

[Heu, peut-être maintenant xD Moi non plus c'est pas génial génial, désolé pour le temps mis ^^']

Des frisons. De vrais frisons. De la vrai peur et du vrai désir. Mais qu’était le désir lorsqu’on avait à peine sept ans ? Quel était cette chose qui soudain nous pénétrait avec violence et déchirait toute notre essence ?

C’était le silence, bien au-dessus des mots ? C’était le néant ou bien la plénitude ? Non ce n’était rien. Rien que la puissance à l’état pur, la folie qui vous ronge et vous aspire, vous invite à aller laper de votre petite bouche la douleur comme pour lui prêter un culte ! Se laisser prendre, pénétré par la douleur, que cette douleur deviennent plaisir et que ce plaisir soit l’extase ! La discorde ? Entre la raison et l’envie ? Il n’y avait plus ! Car la raison n’existait plus, ni chez l’un ni chez l’autre, ils étaient enfin sur la même longueur d’onde, raisonnaient enfin du même son aigüe et insupportable qui vient après le craquement de l’esprit face à l’instinct, à l’envie, le désir d’autre chose, d’une chose qui dépassait de loin toute leur imagination ! Ô puissance qui détruit ! Ô vérité universelle qu’est le pouvoir d’un homme, d’un vampire avide de chair et de sang sur la conscience et le corps de deux agneaux, de deux enfants blonds et blancs, de poupée presque parfaite qui dans deux seconde, par caprice de plaisir, allaient s’effondrer dans le mal même, se vautrer dans la douleur comme dans leur sang et y crever.

Détruit de l’intérieur par Lui. Ce nouveau seigneur de peur, le seul seigneur qui jamais leur ait montrer ce que signifiait être puissant.

Et les voilà maintenant, tout deux dont l’esprit raisonne de ma même symphonie insupportable ronge leur être, la symphonie qui s’arrêterait après qu’ils soient passé dans l’extase ! L’appel de l’envie qui fait ployer l’innocence, l’innocence qui n’est plus derrières ces beaux yeux qui auraient pu être bleus …

Avouer, avouer que c’est lamentable ! Ces deux petites choses prisonnières par les bras de métal d’un prince malade ! Avouez que c’est drôle, tout de même ! Un malade, un vampire malade, on ne sait plus dans quel sens, sur le point de se donner le plaisir et la jouissance qu’est celle d’être au dessus de tout, d’avoir la force physique de les faire jouir et de les détruire, ces deux petites choses minables que sont ces deux poupées blondes incapables de rester séparé plus d’une seconde sans pleurer et hurler ! Ces deux petites incarnation du mot caprice ! Mais n’est-il point lui aussi capricieux le prince ? Non, il veut. Il veut et il aura. Ceci n’est point un caprice, mais une fatalité.

Car en plus d’avoir de la force dans son corps, le prince à la force de l’esprit qu’il à craqué le cou à la peur pour laisser s’exprimer ce besoin indéfinissable de ressentir la douleur. L’effrois de se sentir bafoués n’existe plus, deux voix raisonnent plus loin que dans leur tête, plus loin que dans cette pièce qu’elle veulent être déchirés de l’intérieur par celui qui les a fait prisonniers : la voilà, la vrai mascarade ! Et dire que ce n’est pas un tableau unique que voilà !

Je veux te ressentir.
Nous voulons te sentir.
Nous voulons que tu nous montre
Le vrai sens du mot douleur
Qu’il nous déchire
Qu’il nous écœure
Et tel un seul être masochiste nous voulons que tu nous pénètre de ton corps comme tu nous pénètre de ton âme.

Désir étrange
Un ou deux enfants de sept ans
Qui n’attends plus rien
Qui n’attendent plus rien
Qu’un baiser dans leur cou et que le bain de leur sang ♪

Luca s’est à peine débattu et a à peine lâché un grognement de surprise.
Jules, lui, s’est démené comme un diable et a hurlé tellement fort que sans doute toute la maisonnée les auraient entendus si ils n’étaient pas tous si sourds …

Mais maintenant ils sont bien immobiles, tremblants, les yeux rivés avec un sourire dément sur le visage : qu’attend-t-il, maintenant qu’ils étaient bel et bien consentant ? Cette force les achevait, ils en voulaient, ils en crevaient, et une seconde de plus et les voilà ouverts, ivres, morts.

Ivre de quoi …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   Mar 31 Aoû - 14:30

[ Etant donné qu'Erik n'existe plus ..... Je vais calmer le jeu xDD Très très très très court. Et je fais pencher l'avantage à toi, fais en bon usage XDD *fuis* ]


Il se penchait alors au cou de l'humain. Sa malicieuse langue grimpant sur sa jugulaire. Il sentait le flot excité de sa rivière de sang. Propulsé par les battements de son coeur affolé. Sa respiration haletante. Ces relents d'odeurs extatiques, qui lui firent fermer les yeux pour en dissimuler leur lueurs d'envie. Ses crocs d'argent effleurèrent sa peau. Qu'il pinca lentement. Des cuspides s'enfonçaient, perçant sa chair et sa jugulaire : son souffle brûla la peau de l'enfant. Tandis qu'il s'abreuva à sa gorge de quelques petits gorgées innocentes. Et il répéta la manège avec l'enfant-vampire. Désirant savoir lequel de ces deux sang étaient le meilleur. Alors qu'il les laissait se faire porter par un flot de frustration extrême, dans ce pic d'extase qu'il leur avait offert par sa succion.

Ivre de tout. Ivre de folie et d'envie. Ce n'étaient que d'épaisses griffes qui déchiraient le corps du Prince, qui subitement vit devant ses yeux éclater la vérité. Le réalité de cette scène totalement ignoble. Lui, qui allait tuer des enfants ? Alors qu'il pleurait encore les siens ?

Sa langue vint lécher ses propres lippes immaculées de sang. Ses pupilles étaient accrochés à cette image qu'il se mit à détester alors...

Les lianes se dissocièrent lentement.... Ne redevenant que des molécules libres, un nuage translucide. Une masse qui se fondit sur le sol, sur les mur et dans le corps du Prince. La liberté des deux jumeaux étaient revenu comme elle leur avait été prise. Comme par magie et enchantement, dont Aliséa était l'illusionniste.

Puis il grogna soudainement :


« Allez vous en. Allez rejoindre votre maître. »

Mais Aliséa était loin de savoir que leur maître n'était à présent - un peu d'actualité XD - que la Pharaon d'Ahmès. Une entité qui détestait les Européens et les vampires faibles. Un maître qui pourtant était d'une tendresse doucereuse avec ces deux jumeaux. Les cajolant comme deux pierres précieuses.

Il ne savait pas non plus que le poison qui le rongeait... Venait tout droit de l'Egypte. Et que si l'enfant vampire le désirait... Pouvait éveiller les actions du virus dans son coeur. Lui faire perdre la tête et venger leur nouveau père.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Re: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   Mer 1 Sep - 14:04

[Mes choux sont malade \o/ Ouuuuuais !!!]

Douleur.
Plaisir.

Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
La sensation de succion sur leur veine pleine, leur être qui se vide, le liquide qui glisse hors de soi, le frisson qui se répand dans la gorge, l'échine, membres.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Plaisir.
Envie.
Désir.
Tout.
Vide.
Néant.
Rien !
Folie,
Douleur.

Deux corps inertes.


Deux sourires.

Deux paires de lèvres rouges.

Deux paires d'yeux désaxées.

Un cœur mort et l'autre battant.

Battant à la chamade.

Le nous s'était éclaté en cours de route.
Subissait une chose :

« J'en veux encore. »
Jules est le premier à se relever. Le cadet fixe longuement les yeux vides le prince, puis sens quelque chose qui lui brûle la gorge.

« Ai-je mordu Lucas ? »

Il regarde son frère encore inconscient, les yeux grand ouvert sur le vide. Sa gorge ensanglanté d’une morsure, bien plus grande que la sienne. Il se touche, par pur réflexe, la nuque et sang quelque chose de chaud sur sa main : il la met devant lui :

« Je … saigne ? Moi ? »

Le trou se referme lentement, ses pensées sont envahie par une seule vision : celle de sa main pleine de SON sang. Un rire jaune, terriblement jaune. Il regarde le seigneur, puis sa main rouge encore. Sang de cadavre. Il sent qu’il à froid, il sent qu’il est vide.

Lucas ne pense plus.


« LUCAAAS ! »

Un hurlement, tendis que des larmes coulent sur le visage de l’enfant sans qu’il ne s’en rendent compte. Il était déjà penché sur son frère, à le secouer, a tenter de le réveiller. Rien n’y fait.

Lucas à cesser de penser. Son grand sourire et son regard fixe, les yeux grands ouverts.

Soudain l’humain se réveille. Les pensées de nouveau fusionnent, échange à une vitesse folle.

Lucas se tient la gorge, ses yeux tremblent, il semble vouloir hurler, mais il lui manque la force.


« Ne brate ? »
"Не брате ?"

Il le répète, encore et encore.

Pas mon frère ? Pas mon frère ? J’ai été mordu … Par quelqu’un d’autre que mon frère ?

Après des paroles suivis, incompréhensibles, trop rapides, dans trop de langue différente, l’enfant lâche soudain un hurlement. Comme son frère, des larmes coulent sur son visage.

Quelques instants plus tard, les deux enfant étaient accroché l’un à l’autre, à pleurer. On aurait dit deux enfants ordinaires. La plaie du vampire s’était presque déjà refermée, l’humain à l’odeur de rose fanée avait encore le cou ouvert. Ils pleuraient. Pour la toute première fois de leur vie, les jumeaux pleuraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Caprice, Caprice ... Quand les Princes se rencontrent ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For A Dream :: •• EUROPE :: ♠ M . O . N . T . . S . T . . M . I . C . H . E . L :: ▲ The Castle :: Chambres & Appartements-
Sauter vers: