AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Enfers & Damnation
Une nouvelle intrigue : Une maladie, un virus, bien étrange ravage la communautés des vampires.
Fièvre, Hallucinations, Vomissements, Coma, Soif de Sang, Sautes d'Humeurs, ... sont au Rendez-vous.

Nous avons une surpopulation de vampires ~ Tentez de favoriser les humains, ou bien la Damnés Ahmès & Akai Yume

Partagez | 
 

 Les deux princes vous attendent ... [finie]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Mer 12 Mai - 19:31


        Olsen
        Lucas Oz Erwann
        &
        Iulius Caesar Nox alias Jules
        Deux enfants Libres
        de sept ans et demi ♪



    « Chaque Instants nous dévorons ta vie avec Délice ...
    Deux enfants sur un grand lit qui n’en porte que le nom, un grand matelas où pourraient coucher sans se toucher une dizaine de personne, couvert d’un draps soyeux, entouré de rideaux saillants : dans les tissus se sont glissés des pierres précieuses de la taille d’un scarabée.

    Ils sont face à face, des carte sur le tissus. Ils sont silencieux, mais ils sourient comme s’il ne faisaient que rire, rire, et rire encore dans leur silence. Parfois, l’un deux jette une interpellation brève. Et puis au bout d’un moment, sans raison, ils se jettent l’un sur l’autre et se battent.


    « T’as perdu ! T’as perdu ! »

    Ils se débattent, encore et encore, ils sont deux enfants qui jouent, deux petit garçon qui braille gentiment et s’amusent.

    « Non ! J’ai gagné ! »

    Et puis on toque à la porte. Ils ne s’arrêtent pas. La porte s’ouvre et un homme entre la tête baissé.

    « Maître Oz, Maître Ilius, nous allons devoir regagner pour Helsinki sous peu. »

    Les deux enfants continuent de se battre sans l’écouter. Puis le majordome insiste.

    « Je veux pas quitter l’Égypte. »

    Une seule voix. Comme un seul être. Les deux jeunes gens étaient maintenant allongé à terre et regardaient avec un certain ennuis le vieil homme.

    « On veux aller voir le spectacle de ce soir.
    -Sinon, nous allons pleurer.
    -Si Lucas Pleure, Jules pleure.
    -Et si Jules pleure, l’Égypte sera un mauvais souvenir.
    -C’est ennuyeux les mauvais souvenirs, n’est-ce pas ? »

    Une certaine malice, une certaine petite folie animait leurs voix synchronisées et leurs regards profonds, sombres et luisants.

    « Nous pouvons rester ce soir. Mais l’ombrelle ne suffit plus, il y a trop de soleil ici. »

    Les deux enfants se regarde, soudain un sourire déments sur le visage. Ils se relèvent ensemble et se prennent la main pour s’avancer vers leur serviteur.

    « D’accord. Mais sur le chemin, nous voulons avoir un nouveau serviteur ! »

    Le caprice. L’incarnation du Caprice. Deux enfants étranges qui parlent comme une seule, qui ne se parlent pas vraiment. Mais ils pensent. Ils pensent ensemble, comme un seul être. Ces deux petites têtes d’anges, ces deux petits démons …

    « Je veux … »

    Ils ont tous. Tous. Ils sont plus faibles que les humains, plus faibles que les buveur d’eau rouge, et pourtant ils sont deux princes bâtards venus de nulle part, et nul ne les changeras. Ils sont deux enfants, blancs, livides, fantôme de rires sournois qui ne connait que le mot :

    Caprice.

    Ils pensent. Tous deux ils pensent. L’un deux possède le lien, relis leur deux pensées : ils partagent la moindre idée, les moindres mots. Toutes les images qui viennent dans l’une sont dans l’autre. Tant et si bien qu’eux même ne savent plus qui a été le premier à le penser. Tant est si bien qu’ils ne savent plus ce que l’autre est et ce qu’il n'est pas, ce que l’un n’est pas ou est vraiment.

    Ils sont tous les deux la même pensée double, la même racine, le même arbre entrelacé ; esprit siamois inséparable.

    Ils te tournent autours, te chuchotent des mystères, sont deux et ne sont qu’un. Tu te sens mal à l’aise peut-être ? Ne t’ne fait pas. Après quelques minutes avec eux, tu seras si fou que tu ne sauras même plus pourquoi ces deux-là t’ont paru étranges. Et sans pudeur ils te montrent la force de leur lien, même leurs corps parfois ne font qu’un : tant dans leur chorégraphie symétrique pour te narguer de leur air insouciant que parfois dans leurs étreintes communes. Il se tiennent la main, ensembles supportent l’ombrelle qui fait tomber sur eux une ombre faisant ressortir la profondeur de la couleur de leur yeux, le blond de leurs cheveux et la pâleur maladive de leur peau, parfois leurs visages se frôlent, leur ventre se touchent, leurs jambes s’entrelacent, et lorsqu’ils s’ennuient, leurs langues dansent ensemble. Te sens-tu repoussé ? Cela te répugne-t-il ? Et bien tant pis très cher. Ils n’ont rien à faire de ce que tu peux ressentir : seul leur plaisir est maître et toi tu n’est rien.

    « Et si ce soir, nous brûlions vivants tous ces gens ? »
    Caprice.

    Dans une chambre aux rideaux tirés, un des petits est allongé sur le lit. L’autre se met au dessus de lui et le regarde longuement. L’autre le pousse de la main, faiblement,, puis de plus en plus fort. Mais l’autre ne cède pas. Soudain, une voix s’élève.


    « Ah ! Non Jules ! Je suis fatigué aujourd’hui ! »

    L’autre souris les yeux brillants. Il se lèche les lèvres et s’approche de son reflet, lui tiens les main et l’embrasse dans le cou. Puis du liquide rouge, épais, sort de cette gorge blanche et fine pour s’écouler dans la bouche de l’autre, le long de sa joue, sur le tissus jadis immaculé. L’autre proteste jusqu’à un certain point puis s’arrête.


    « Tu es odieux, Iulius Caesar Nox. »

    L’autre se relève sur ses genoux, la figure barbouillée de sang.

    « J’avais soif. Et tu n’en pense pas un mot, Lucas Oz Erwann. »

    Ils se regardent longuement, puis le gamin qui saigne se rallonge et détourne les yeux. L’autre prend soudain un air soumis et triste, presque apeuré. Il s’allonge près de son frère et le sert contre lui. Lucas le prends dans ses bras et lui caresse la tête.

    Contradiction.

    Aucun d’eux ne domine. Même pas celui qui est fort par nature. Lui domine par sa race, l’autre par son caractère. Chacun partage les bases de l’autres. La faiblesse et la soumission de l’un se mélange avec la force de caractère et le charisme naturel de l’autre. Ils ne sont qu’un, qu’un être unique. Qu’une chose inscrite dans leur veines et leur gène. L’un mort, l’autre vivants. Tout deux brûlants. Et pas besoin d’un seul mot pour se le dire.

    Aime Oz.
    Aime Nox.

    Caprice, Folie, Dualité. Ils sont les deux anges descendus sur Terre.
    Ils sont les deux démons sortis des Enfers.

... Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
ton cœur ne sera plus que notre crème glacée ♪ »

Deux petits garçon passent devant vous alors que vous traversez la rues : ils sont identique, certes, mais ce n’est pas cela qui attire votre regard.

Bien qu’habillé de manière normale, voir moderne et un peu plus mature que ne semble le permettre leur âge, les deux garçon rayonnent sous leur ombrelle posé sur l’épaule de l’un. Ils marchent avec une dignité sans égalent. Ils sont accrochés l’un à l’autre. Ils ont sur leur visage d’un blanc d’une pureté cristalline un sourire mesquin de petit enfant bien moins sage que ne le supposerait leur petite bouille de chérubin.

Un visage angélique. Oui, ce visage blanc encadré de cheveux fins et blonds à demi bouclé et percé de ce regard d’un sombre profond et pourtant si intense … Leurs yeux sont-ils noirs ? Brun foncé ? Nullement : vous en êtes certain maintenant qu’ils se rapprochent : ils sont d’un rouge tellement foncé qu’il est impossible de les voir autrement que noir. Vous êtes un humain ? Vous les voyez tous les deux avec cette couleur sombre qui leur sied si bien. Vous êtes un vampire ? Vous trouverez une paire d’yeux d’un véritable rouge pourpre et sanguin éclatant malgré qu’ils soient foncés tandis que sur l’autre vous constaterez une couleur nettement plus naturelle qui au lieu de tirer vers le framboise écrasé ira même pour vos yeux infaillibles vers le marron.

Leurs lèvres sont naturellement rouge. L’expression « à croquer » semble avoir été inventé pour ces lèvres fines qui malgré leur jeunesse réclament déjà quelques baisers fougueux. Mais vous qui vous attardiez sur leur visage, voilà qu’ils vous dépassent sans que vous ayez pu détacher d’eux votre regard. Maintenant, vous êtes en certains : ils sont très petits, malgré leur prestance qui agit si bien de loin. Une fois passé à côté de fous, ils vous semble si petits que vous avez l’impression que si vous aviez voulu leur faire face, il aurait sans doute fallu vous baisser, vous accroupir, et même sans doute vous mettre à terre. Ah, si vous deviez donner un chiffre ? Vos yeux d’humains n’ont pas le compas dans l’œil, mais ceux d’un vampires peuvent facilement calculer avec rapidité qu’ils font exactement un mètre cinquante-deux (1m52.3) tous les deux. Pas un millimètre de plus ou de moins, pour l’un comme pour l’autre. Pour leur poids ? Deux plumes au vent : leur membres fins et leur petit corps ne représentent que très peu sur la balance. Un spécialiste dirait à vu d’œil tout juste cinquante kilogrammes (50kg). Bien qu’ils soient tout deux vêtus avec un pantalon et une veste en jean, vous les imaginez si parfaitement dans de vieux vêtements princier typiquement européens, comme à l’époque ou la mode était à l’extravagance et à l’élégance baroque ... Et même mieux dans des tenues orientales, aussi étrange que cela puisse paraitre. Sertis de pierres, d’or et de soie, de couleurs et d’épaisseurs aussi variées qu’inattendues, leur prestance mériterait peut-être d’êtres drapée des plus beaux assortiments de noblesse dans tous les pays de l’Eurasie. Vous les imaginez aussi si bien dans un petit piégeâmes de soie dans un lit princier, les bras entrelacés ! Qu’il son mignon leurs visages ! Leurs visages d’ange sur lequel ne doit plus logé, une fois endormi, ce petit sourire carnassier qui vous fait trembler l’échine !

Ho ! Ils s’arrêtent soudain sur une chaise et envoie cet homme de grande taille que vous n’aviez même pas aperçu tant ils vous captivaient chercher un serveur du restaurent qui avait décider de déballer leur terrasse. Pendant ce temps, ils sont tous deux sous l’ombrelle, sur la même chaises, leur mains se promenant sur le corps de leur autre, leur visage qui ne semblent n’être qu’un seul. Ils ne se regardent pas, il regarde vers la tables, et puis sans prévenir, il se mordillent les lèvres et font fusionner ensemble leur deux bouches encore immatures. Ils vous faut quelque secondes encore pour réaliser que la situation n’était pas tout à fait commune. Et puis le majordome (c’est définitivement un majordome) reviens accompagné d’un serveur qui fait rouler des mets de premiers choix : des gâteaux, des pâtisseries, des gelées … Ils n’y a que des désert. Ils se retournent en même temps pour commencer sans transition à attaquer avec leurs petites cuillères aux œuvres d’art colorées semblant d’un délice sans appel. Puis après avoir ingurgité avec toujours autant de grâce (bien qu’il vous sembla qu’il aient manger comme des enfants, vous vous dîtes qu’ils ont l’air tellement plus gracieux) ils se lèves et commande d’un seul regard, d’une seule parole, d’une seule et même voix dédoublée et raccordée à la perfection :

« C’était ennuyeux. »

Ils désignent le serveur du doigt :

« Faites-le danser. »

Alors le majordome inclinât la tête et offrit au serveur un généreux pouvoir en lui commandant de danser. Le serveur ne dansa pas. Et comme les deux jumeaux piaillaient comme un cacatoès qui réclame son déjeuner, le major d’homme sorti une arme de sa poche et lui redemanda. Vous devinez la suite ?

« Il nous ennui. Faîtes-le brûler pour qu’il cri, on veut le voir crier et pleurer ! »

Et sans manière, le majordome lui empoigna le bras et l’obligea à le suivre jusque dans le véhicule qui s’approchait. Pile à l’heure. Et vous, vous pensez avoir rêvé. Vu deux petits anges rire d’un rire démoniaque et fou, trop fou pour deux enfants.

Lunatique, Lunatique, change d’envie comme de chemise … Et qui sait combien de chemises ont-ils ? Car tous leur va à merveille, tout leur sied comme s’il était né avec. Les bijoux, les vêtements, d’aujourd’hui ou d’hier, d’ici ou d’ailleurs, peu importe : ils sont princes de la rue, prince des châteaux d’autrefois, prince d’un mode inexistant aussi grand que le tiens.

« Lueurs Enchanteresses ; Paresse Suprême...
    ♠️ Nous sommes deux petites garçons, deux petits anges, deux petits démons,
    ♠️ Nous nous appelons Iulius Caesar Nox, Lucas Oz Erwann, mais dans le monde des enfants de la lune, nous sommes les jumeaux Jules.
    ♠️ Nous ne sommes nez nulle part, enfin c'est ce que disent les gens. Nous sommes né il y a de cela sept ans.
    ♠️ Jamais morts, apprivoisés, nous n'avons fait que naître et désirer. Nous somme un petit humain et un petit vampire. Nous somme nés d'une mère, mais laquelle ? Nous ne saurons jamais.
    ♠️ Nous ne savons pas quelle langue nous a élevé ; nous savons que nous parlons le Français, l'Anglais, le Serbe, et le Russe depuis aussi loin que l'on se souvienne. Nous avons appris le Finlandais et le Norvégien par la force des choses, mais nous ne les maîtrisons que de manière approximative. En fait, nous n'aimons parler que le Russe. Les autres langues ne sont pas si belle. Le Français à la limite, mais, non pas que nous manquons de vocabulaire, nous la trouvons plus difficile, à cause de notre accent.
    ♠️ Nous avons été adoptés, parait-il, par une famille noble des Niflheim. A vrai dire, nous n'en avons rien à faire. Nous sommes libres, et nous n'avons qu'à revenir saluer de temps en temps le grand homme de là-haut. Mais nous l'aimons bien : il est distrayant, avec cette crainte qui nous prends lorsque nous lui faisons face. Nous avons été adoptés. Pour notre "potentiel". C'est ce qu'ils ont dit. Mais nous, nous n'en avons rien à faire. Nous sommes encore des enfants : nous ne nous soucions pas des affaires des grands.
    ♠️ Nous nous aimons plus que tous. Et personne n'aura jamais le droit de toucher l'un de nous. Nous sommes tous l'un pour l'autre, nourriture et douceur, il n'y a pas de serviteur, seulement deux protecteurs. Et pourtant il nous manque la chaleur d'une femme, la chaleur d'une mère. Nous voulons des serviteurs et nous voulons une mère. Peut-être leur chaleur brisera-t-elle notre lien, mais leur chaleur devrait combler le vide intérieur.
    ♠️ Voler comme Peter Pan ! Et si on ne peut pas, alors nous ferons tuer des humains en leur coupant la tête, et en baignant dans leur sang, nous danserons ensemble pour finir l'un dans l'autre. Avec un peu de chance, nous pourrions ne faire qu'un ...
    ♠️ Le soleil nous agresse. Rien à voir avec un mythe, notre peau translucide n'aime simplement pas la lumière du faiseur de jour. C'est dommage, nous adorons la chaleur et l'été. Il faut croire que l'hiver nous sied plus ... Mais ce détaille importe peu : nous somme toujours muni d'une ombrelle les jours de grand soleil.
    ♠️ Nous sommes tous deux uniques, et tout deux nous ne nous mélangerons jamais avec personne ; nous somme O positif.
    ♠️ Nous aurions préféré être AB : au moins, ça se mélange avec tout. Mais nous sommes très bien comme nous sommes, indissolubles.
    ♠️ Nous avons déjà été blessés ; nous connaissons la couleur de notre sang. Mais il ne reste jamais de marque i de séquelle. à part peut-être Lucas, après que Jules l'ai mordu. Il a alors une belle marque sur le cou. C'est absolument irrésistible, et pourtant il tente e la cacher. Mais ça s'en va vite, surtout quand il utilise le sang de Jules !
    ♠️ Nous sommes deux princes adoptés, deux petits princes ! Et bien que nomade, notre royaume de folie vous attendra toujours ♪
    ♠️ Vagabonds, Vagabonds, nous sommes des vagabonds ♫ Fabuleusement riches, mais nous sommes deux vagabonds ♫ Deux enfants blonds, deux enfants blonds ♪ De part le monde ne te cherchons, de part le monde nous te fuyons, nous t'embêtons, nous t'harcelons, et nous te tuons ♪
    ♠️ Nos seules peurs sont d'être séparés, d'être incapable de se toucher, se retrouver. Nous sommes deux enfants, nous devons être bercé. Et moins qu'une crainte ou qu'une angoisse, il y a bien une chose que l'on rejette ; c'est l'ennui.
    ♠️ Manger des déserts nous a toujours plu ! Jamais nous ne nous lasserons ! Nous aimons aussi les échecs et les cartes, et nous aimons écouter la musique. Nous aimons aussi voir les gens crier et pleurer lorsqu'ils se sentent en danger de mort. C'est tellement amusant !
    ♠️ Notre plus grand rêve est de trouver une maman, un serviteur et un autre serviteur. Oui, l'un doit être un vampire, et l'autre doit être un humain. Ils doivent être nos gardes du corps, et ils devront toujours être là. Ainsi notre lien qui ne tiens qu'à nous deux s'élargirait à d'autres. Et encore plus grand que ce rêve, nous voulons changer Lucas en vampire !
    ♠️ "La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache."
    Malraux André
    ♠️ Black and White Ward ~ 【白黒病棟 Rin et Len Kagamine (Black and White Hospital)
    Dark Wood Circus Rin et Ren Kagamine
    ♠️ Black Hawk Down ♪
    ♠️ Alisse ♪
    ♠️ Deux Roses, un Blanche tachée de sang et l'autre d'un rouge profond. C'est ce que nous préférons. C'est ce qui nous correspond. Beauté tachée, intente et intouchable. Dualité insoutenable. Pas les mêmes, mais pareille. Une rouge par nature, l'autre rouge par tournure.
    ♠️ Jaune. Nous sommes les deux petits blonds dont les cheveux baignent par les pointes dans le sang.
    ♠️ Nous sommes deux Lapins en cavales, deux petits chats qui se faufilent, un husky noir et un vrai loup. Qui est le Chien ? Qui est le Loup ?
    ♠️ Nous aimons l'odeur de que qui brûle, l'odeur de ce qui est doux. Les choses acides nous plaisent, mais nous préférons de oin la douceur. À part cela, nous sentons la vieille rose fanée.
    ♠️ La chose que nous adorons le plus ? Dormir ou prendre un grand un bain à bulle ensemble. Nous ne pourrions pas vivre si nous ne le faisions pas.
    ♠️ Nous sommes seuls
    ♠️ Nous sommes seuls
    ♠️ Juste tout les deux. Et pourtant notre amour si tactil n'est pas charnel. Nous attendons une mère.
    ♠️ Jules n'a jamais eu besoin de quelqu'un pour s'abreuver. Lucas lui a toujours suffit.
    ♠️ Nous nous suffisons à nous-même.



... Et mon envie de te rendre fou qui augmente. »
Oh double ! Oh étrange destinée !
Pourvu que l'avenir soit amusant !



Le ciel est aussi gris que les immeubles anciens pourtant ravissant lorsqu’il fait soleil. Les nuages ne donnent même pas de pluie, et pourtant ils cache les rayons du jour avec faiblesse. Un après-midi nuageux de plus. Rien de particulier.

Dansant tous deux sur la rampe, deux enfants chantonne une chanson aux notes désaxées et aigües. Des notes qui ne font que se briser les unes sur les autres au lieu de se suivre et de former un tout. Deux voix parfois décalées, parfois en canon, parfois unies, et d’autres fois sur des voix différente, l’une grave et l’autre aigüe, se donnant dans un concert à deux voix immature et effrayant. Soudains ils s’arrêtent et se retourne vers un grand homme habillé d’une veste et d’un pantalon de velours, ainsi que d’une chemise blanche avec une cravate serré bien haute.

« Si nous rentrons à Helsinki, nous pourrons voir le Roi ? »

Le Roi. Le nom qu’ils avaient décider de donner à cet être froid, puissant, charismatique et qui faisait ressentir la crainte voire l’effroi dès qu’un vampire lui tenait tête. Un grand vampire, vieux, terrifiant … Et surtout fascinant.

Se tenir en face d’un être qui peut décider sur un coup de tête votre fin, se tenir en face d’un être qui peut tout et devant qui vous n’avez le droit à aucune erreur ; autant que cela leur donnait froid dans le dos, autant que ça les excitait de manière démente : ils allaient pouvoir tester encore une fois ce sentiment impressionnant certes d’infériorité et d’impuissance, mais aussi cette monté d’adrénaline qui vous frappe lorsque vous vous trouvez devant une chose bien plus grande, bien plus énorme que vous. Et les deux petits princes bâtards n’avait à chaque fois qu’une hâte une fois entrés dans son territoire, affronter ce regard brûlant et glacial à la fois : ce regard qui incarnait la puissance à l’état pur.

« Vous en êtes toujours forcés, messieurs. »

Un grand sourire se traça sur les deux visages, comme un seul.

« Nous irons, nous irons ! »

Les mains entrelacées et leur visage face à face, ils chantaient presque ces mots : comme si il n’y avait rien d’autre que l’agitation d’enfants qui attendent un grand tour de manège à sensation forte.

« Il faudra aussi aller voir la famille Olsen. »

Leur danse s’arrêta subitement.

« C’est ennuyeux.
-Terriblement ennuyeux. »

Il se retournèrent vers l’homme et lui soutinrent un regard de fer :

« Nous voulons la fille.
-Pour qu’elle soit notre jouet.
-Sinon ce sera ennuyeux.
-La fille ! La fille ! »

Ils souriaient encore, mais leur yeux exprimait bien autre chose que de l’excitation : comme si des pensées sadiques les animaient soudain, comme si l’évocation de leur petite sœur vampire leur donnait des tremblements de plaisir.

« Vous savez bien que si vous la tyrannisez encore, les Olsen finiront par en avoir assez et ils vous réprimanderons. »

Les deux petits se regardèrent sans se départir de leur sourire :

« C’est ennuyeux.
-Très ennuyeux.
-Mais tant que nous avons son secret, elle ne pourra rien dire ♪
-Sinon, s’il elle parle, nous parlerons ♫ »

Puis avec leurs quatre yeux de la couleur d’un vin rouge de bourgogne, il fixèrent le majordome, une leur démente en eux :

« Et si les Olsen savent, il lui briserons les bras ♪ »

Un grand rire dédoublé s’éleva dans la rue : les passant passaient plus vite pour ne pas voir. Fuir. Fuir cette chose étrange qu’il ne comprenait pas, deux enfants beaux comme des anges qui s’esclaffait comme des fous, de véritables fous, de ceux qu’on enferme par peur de les voir tuer un jour.

Puis d’un coup cesse le rire, et les eux blonds aux yeux noir se retournèrent.

« Il nous faut un serviteur.
-Tu as promis. Maintenant, nous allons trouver un serviteur. »

L’homme inclinât la tête en répondant simplement :

« Tout ce qu’il vous plairas, Maître Erwann, Maître Iulius. »

Ils se remirent à chanter à tue-tête et remontèrent sur le bord du trottoir pour manquer de tomber bien des fois. Et bientôt dans leur champs de vision, dans cette rues où tout à chacun les évitaient, ils croisèrent un homme de haute taille qui semblait regarder au sol, sans se soucier de leur présence. Immédiatement les deux s’arrêtèrent et sautèrent devant l’individu. L’un des jumeaux le renifla, puis ils sourirent tout deux. Il se mirent à tournoyer autour de lui dans le même rythme, leurs pas et leur regard coordonnés.

« Nous voulons celui-ci ! »

Le sourire s’agrandissait alors que l’homme s’effrayait.

« Tu travailles ? 
-Tu as de la familles ?
-Tu as des amis ?
-Si oui, tuons-les !
-Tuons-les, tuons-les ! »

Et sur ces paroles morbides prononcées comme s’il s’agissait d’un jeu, il se mirent derrière l’homme et l’un d’eux lui tira le vêtement avec violence pour le forcer à tomber vers eux, tandis que l’autre s’approchait de son oreille :

« Notre jouet, pour nous seuls ! Nous tout seuls ! »

Le majordome ne bougea pas d’un pouce. Les jumeaux étaient simplement en train de l’évaluer, le tester. Cet humain n’allait pas tenir longtemps. Dan quelques minute, les enfants s’ennuieraient, et cet homme allait finir à demi-mort envoyé dans un hôpital, incapable de raconter ce que lui auraient fait les « nettoyeur de jouet cassés » des deux princes bâtards.

« Il a peur ! Il a peur !
-Il ne sait pas quoi faire !
-Jules l’a tiré trop fort ! Il a peut-être déjà tout compris !
-Ce serait ennuyeux ♪
-Tellement ennuyeux ♫
-Qu’il parle ! Qu’il parle ! »

Le majordome fit un pas en avant et en s’inclinant poliment, il demanda à l’humain :

« Je vous pris d’excusez ces deux enfants. Pourriez-vous, s’il vous plait, les saluer ? »

L’homme s’empourpra et protesta violemment :

« C’est quoi cette histoire ? Lâchez-moi et laissez-moi partir ! »

Les deux jumeaux rirent encore :

« Il s’énerve ! Il s’énerve !
-Regardez comme il s’énerve !
-Cela doit être humiliant d’être maintenu à cette hauteur par le bras d’un enfant !
-Regarde ! Regarde ! Que son visage est laid !
-Plus laid que tout à l’heure !
-Il est laid ! Qu’il est laid !
-Jules est plus fort que toi !
-Tu es faible, tu est faible !
-Regarde comme tu est faible !
-Oh, maintenant il est vraiment laid ! Je ne veux pas d’un jouet aussi laid !
-Pas si laid ! Pas si laid ! »

Puis Le blond qui lui tenait le manteau le lâcha et il se retournèrent.

« Ce ne doit même pas être amusant de le voir crier et pleurer. Rentrons ! »

Et ils partirent en s’éloignant, chatonnant. Le majordome salua le pauvre humain miraculeusement épargné par le caprice des deux démons à visages d’anges, puis les suivit calmement sans un commentaire, laissant seul l’humain au milieu de la foule qui le regardait bien étrangement alors …

« Surface splendide, Intérieur double ...
Nous sommes lié, connecté. Lucas ne fait rien, mais il est là, devant Jules. Et Jules, lui, il lit chacune de ses pensée, lui donne chacune des siennes. Par le pouvoir du vampire, ils sont simplement lié en permanence. Jules peut couper le lien, mais ils ressentent alors un grand silence, un grand vide. Il leur est très douloureux de ne plus être connecté. Comme une angoisse folle qui les prend. Jules n'est pas capable de lire ou transmettre ses pensées avec quelqu'un d'autre, et de toute manière il n'en a pas envie.
Penser ensemble, n'être qu'un être dans deux corps ♪


« Et En Réalité...
♣️ Jamais
♣️ Jamais (bon ok j'en ai 15 <<)
♣️ J. L. O.
♣️ Kyllian ♥️ !
♣️ Les jumeaux vampires de Clamp (me rappelle plus leurs noms) en blond et avec des couleurs de moi <" très moche je vous l'accorde.
♣️ J'ai vu une faute dans le règlement entre "ce" et "se" //SBAM// J'adore ce disign *µ*
♣️ Je vais faire mon 600 mots plus tard TT^TT Fatiguée ce soir Y-Y


Dernière édition par Jules & Lucas Olsen le Jeu 13 Mai - 17:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Kellian C. Andrews
|| Admin ... Wanna dead DUC CAIN
avatar

Messages : 216

MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Jeu 13 Mai - 10:58

Bonne chance pour la suite ♥️
Et préviens lorsque tu as terminée que je m'occupe de ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Jeu 13 Mai - 11:22

Merci ^^

...

Heu ...

J'ai terminé ^^- ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Kira Vlasievski

avatar

Messages : 68

MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Jeu 13 Mai - 13:00

BIENVENUEEEE ! =D

(Ta sign m'a fait peur, "Kira Vlasievski nous te voulons comme jouet", j'ai compris qu'après que c'était un truc automatique XD)

(oui je suis stupide quand même ><)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny
| MASTER || This Story takes place both in the present and in the past...
| MASTER || This Story takes place both in the present and in the past...
avatar

Messages : 95

MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Jeu 13 Mai - 13:10

Pauvre Kira ♥️

Je m'occupe donc de ta fiche ^^
Soit j'édite, soit je répondrais à la suite si d'ici là, quelqu'un à posté entre temps n_n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiem-for-a-dream.forumactif.org
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Jeu 13 Mai - 13:17

D'accord ^^-

Kira-kun → Je me suis fait souvent avoir ♪ Ça fait toujours son petit effet ^^

Merci pour la bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Destiny
| MASTER || This Story takes place both in the present and in the past...
| MASTER || This Story takes place both in the present and in the past...
avatar

Messages : 95

MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Jeu 13 Mai - 13:43

Il y a quelques fautes de conjugaison et d'accord au pluriel, mais rien de vraiment choquant.
J'en retiens simplement que je ne suis pas déçue de l'originalité que tu nous avais proposé. Tu as une fiche très bien écrite, et les mots s'envolent à une vitesse fulgurante. J'aime aussi cette innocence que tu arrives à mettre dans deux êtres assez sadique et cruel, ou le contraire.

Donc je valide ton test !

Je vais t'accréditer aux comptes : Vampires, Famille Noble & de ton clan choisis.

Tu peux dore et déjà débuter les Rp !
Et je te remercie de t'être inscrite sur le forum =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiem-for-a-dream.forumactif.org
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Jeu 13 Mai - 13:50

Chis vallidée ôô

Chuis VALIDÉE !!!!!

*se jette sur Destiny pour un énorme câlin ♥️♥️♥️♥️♥️*


Merkiiiiii ! Je m'y met tout de suite ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Ketsia A. Andrews
{ . . . P R I N C E . . . Unkind & &" Handsome ...
avatar

Messages : 812

MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Jeu 13 Mai - 13:52

Le Maître du Jeu n'est qu'une masse de brume =p

Amuses-toi bien sur le forum ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules & Lucas Olsen
T.w.i.n.s Nut You
avatar

Messages : 364

MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   Jeu 13 Mai - 14:05

Merci ^^

*tombe dans le vide et se fait très mal, pleure : attention aux oreilles <<"*

OUAINNNNNNN !

*arrête de pleurer, fait QUAND-MÊME un câlin à Destiny sans se retrouver par terre (ça fait bizarre de câliner de l'air >>') et va se jetter sur le prince pour lui broyer affectueusement les côtes pour la peine ** x)*

*arrête de flooder et vous remercie ^^*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-utopia.crazyfruits.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les deux princes vous attendent ... [finie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les deux princes vous attendent ... [finie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux nouveau attendent à l'acceuil, je répéte, deux nouveau... Bon, y a des guides disponibles ou on se démmerde ?!
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]
» Viliane Rust ~ Interchangez deux lettres de son prénom et vous obtiendrez un élément essentiel de son caractère...
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem For A Dream :: • The Start :: ► Etats . Civil &’ Vampirique . . . » :: « Tests Validés ~ Vampires ...-
Sauter vers: